22 février 2019
L’année 2018 est une année record : le prix moyen du panier n’a jamais été aussi cher. La hausse se constate quelle que soit la surface de vente : hypermarchés, supermarchés ou hard-discounts. Il existe, par ailleurs, de fortes disparités territoriales : faire ses courses dans l’Ouest de la France coûte près de 10 % moins cher qu’en Ile de France.

 

Familles Rurales, 3ème association de défense des consommateurs et 1er mouvement familial a réalisé, pour la 12ème année consécutive, son observatoire des prix de grande consommation.

Dans un contexte où le pouvoir d’achat des familles est au cœur des préoccupations et où l’alimentation constitue la variable d’ajustement du budget des ménages les moins favorisés, cette étude poursuit l’objectif d’éclairer au mieux les consommateurs dans leurs actes d’achat.

L’année 2018 est une année record : le prix moyen du panier n’a jamais été aussi cher, 139,5 €, soit une hausse de 2,6 % par rapport à 2017. La hausse se constate quelle que soit la surface de vente : hypermarchés, supermarchés ou hard-discounts. Il existe, par ailleurs, de fortes disparités territoriales : faire ses courses dans l’Ouest de la France coûte ainsi près de 10 % moins cher qu’en Ile de France. Les territoires les plus marqués par les prix chers demeurent sans commune mesure ceux d’outre-mer, avec un prix moyen du panier qui s’élève à 231,8 €, 66 % plus cher qu’en métropole.

Enfin, si le « manger mieux » retentit désormais comme une injonction, force est de constater que tous les produits ne sont pas accessibles à toutes les bourses : en moyenne, le bio coûte 65% plus cher que le panier moyen et près de 2 fois plus cher que le panier premier prix.

 

2.pngUNE HAUSSE DES PRIX REMARQUABLE ENTRE 2017 ET 2018 (+ 2,6 %), PARTICULIÈREMENT POUR LES PREMIERS PRIX (+ 7 %), APRÈS 5 ans de relative stabilitÉ

Le prix moyen du panier a augmenté de 2,6 % entre 2017 et 2018, soit plus que l’inflation ou que le SMIC. Sur 10 ans, la hausse de prix est de 7,6 %

Une hausse particulièrement remarquable des premiers prix, + 6,9 % en moyenne, et jusqu’à 13,4 % dans les hard-discounts, qui impacte directement les ménages les plus modestes

 

DES DISPARITÉS IMPORTANTES, POUR UN MÊME PANIER DE PRODUITS, SELON L’ENDROIT OÙ L’ON fait ses courses

En métropole : L’Ouest, champion des prix bas, carton rouge pour l’Ile de France, où les prix sont les plus élevés

En Outre-Mer : Le prix du panier moyen atteint des sommets, il coûte en moyenne 66 % plus cher qu’en métropole

 

3.pngADEPTE DU BIO, DE MARQUES OU DE PREMIERS PRIX, VOTRE BUDGET pour les COURSES varie DU SIMPLE AU DOUBLE SELON VOTRE PROFIL

Le bio a le vent en poupe mais reste difficilement accessible aux budgets modestes

Quelques pistes pour « acheter malin » en fonction de ses habitudes de consommation

 

Contact presse :

Niki Vouzas - tel.06 49 49 75 17 - niki.vouzas@famillesrurales.org

En savoir plus