9 octobre 2018
Familles Rurales publie ce jour le rapport de son étude inédite « Territoires ruraux : perceptions et réalités de vie »*. Le Mouvement, fort de ses 160 000 familles adhérentes et de ses 2 200 associations implantées dans les territoires ruraux, a voulu objectiver les représentations habituellement véhiculées sur le monde rural, comprendre les conditions de son développement et mieux appréhender les attentes de ses habitants.
Enquête Ruralités Familles Rurales - octobre 2018

 

Les faits marquants révélés par l’étude sont les suivants :

La ruralité est, dans l’opinion publique, associée à des difficultés socio-économiques et au déclin, mais elle est synonyme de qualité de vie pour les ruraux.

  • Spontanément, les ruraux associent d’abord la ruralité à la qualité de vie (62% des citations), quand les Français l’associent d’abord à des difficultés socio-économiques (46% des citations).
  • 59% des Français estiment que le monde rural est « en déclin » contre 43% des ruraux, soit 16 points d’écart.
  • 66% des Français sont satisfaits de leur position dans la société contre 74% des ruraux.
  • Seuls 5% des ruraux déclarent vouloir quitter le monde rural.

Les territoires ruraux sont classés en tête des territoires délaissés devant la « France des banlieues ».

  • Les ruraux comme les Français placent la « France des campagnes » en tête des territoires délaissés, devant la « France des banlieues » ou la « France périurbaine ».
  • 51% des ruraux estiment que le monde rural est « abandonné ».
  • Le sentiment d’abandon est beaucoup plus fort parmi les ruraux qui déclarent ne pas avoir accès à des services publics locaux (64% d’entre eux voient le monde rural comme « abandonné »), que parmi ceux qui déclarent y avoir accès (47% considèrent le monde rural « abandonné »).
  • 57% des ruraux estiment que leur commune ne bénéficie pas de l’action des pouvoirs publics, contre une moyenne de 36% parmi les Français.
  • 56% des ruraux sont pessimistes au sujet de leur avenir contre 49% des Français.

Pour 4 Français sur 5 le mode de vie idéal est de vivre à la campagne.

  • Pour 81% des Français vivre à la campagne représente la vie idéale, qu’ils y travaillent ou non. Seuls 19% aspirent à une vie totalement urbaine (comme lieu de vie et de travail).
  • La qualité de vie, le calme et la nature apparaissent comme les principaux attributs des ruralités qui pourraient conduire les Français à s’installer dans le monde rural, devant le moindre coût de la vie.
  • 60% des Français déclarent que s’ils devaient créer une entreprise, ils souhaiteraient le faire en milieu rural.

La santé, les services de proximité, l’emploi et la mobilité : les conditions prioritaires pour l’attractivité et le développement des territoires.

  • Aux yeux des Français, l’installation de nouveaux habitants en milieu rural est avant tout conditionnée par la présence de services publics (70% des citations), suivie d’une offre d’emplois et de transports suffisante (62% et 54% des citations).
  • Les ruraux quant à eux attendent en priorité que les pouvoirs publics agissent en milieu rural contre la désertification médicale (51% des citations), pour la présence de services publics (30% des citations) et de commerces (28%). Viennent ensuite l’action en faveur de l’installation d’entreprises (26%) ou pour l’amélioration de l’accès à internet (24%).

Familles Rurales réaffirme la nécessité, partagée par de nombreux acteurs, d’une mobilisation gouvernementale forte pour les territoires ruraux.

A l’heure de la métropolisation qui recompose depuis de nombreuses années le paysage français, une part importante de la population vit en dehors des grands ensembles urbains et reste en marge de ce mouvement, notamment dans les territoires ruraux. Ces espaces relégués et leurs 27 millions d’habitants qui expriment le sentiment d’être laissés pour compte, constituent cependant un enjeu majeur pour le pays.

Si la diversité des ruralités appelle des solutions multiples, les enjeux à relever sont bien identifiés. Lutter contre la diversification médicale, la disparition des commerces de proximité, le recul de l’offre de transport collectifs, l’éloignement des services du quotidien, représente la première des urgences. Des solutions sont à portée de main.

Mettre le numérique au service de la population, favoriser le télétravail, la télémédecine, l’accès aux services dématérialisés, permettront de reconnecter tous les territoires. Engager un plan ambitieux de transition écologique pour préserver et conforter la qualité de vie, premier atout d’attractivité des territoires ruraux, contribuera à répondre à la principale aspiration exprimée par les Français dans cette étude.

Familles Rurales s’engage dans trois projets prioritaires

Au coeur de ces enjeux, Familles Rurales, agit avec son réseau d’associations, ses 40 000 bénévoles et ses 17 000 salariés, pour animer les territoires et améliorer la vie quotidienne des familles en apportant des solutions concrètes. Fort des enseignements de cette étude, de son ancrage local et de sa capacité d’action, le Mouvement entend accroître ses efforts dans les prochains mois, en inscrivant l’innovation au coeur de son action avec trois projets prioritaires :

  • Médiation numérique

Afin de ne pas laisser tout une partie de la population en marge de la révolution numérique, Familles Rurales va créer une cinquantaine de points d’accueil numérique dans 24 départements. Ils auront pour mission d’accompagner les citoyens dans leurs démarches administratives dématérialisées et de les former aux usages du numérique.

  • Tiers lieux

Grâce au soutien des fonds européens, Familles Rurales lance des expérimentations de tiers lieux dans quatre régions sur une vingtaine de sites, qui permettront aux habitants d’avoir accès près de chez eux à un espace rural de coworking, des services mutualisés, de convivialité, d’échange et de créativité.

  • Mobilités

Après avoir obtenu une règlementation adaptée à la mobilité en milieu rural grâce à une forte mobilisation auprès du gouvernement, Familles Rurales s’engage dans le développement de son service de transport d’utilité sociale et dans la mise en place d’un service d’aide à la mobilité des jeunes.

Enfin, pour accélérer l’innovation rurale et accompagner les porteurs de projets, Familles Rurales crée son fonds de dotation. Il a pour but, de soutenir des expérimentations et des projets innovants en milieu rural grâce à la mobilisation des financements privés d’entreprises partageant la conviction que l’avenir est à la ruralité.

 

------------------------------------------------

*Etude Ifop pour Familles Rurales, menée par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 11 juin 2018 auprès d’un échantillon de 1012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un échantillon de 1501 personnes, représentatif de la population française rurale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode de quotas.
L’étude a été réalisée avec le soutien de la MSA, de RTE et de l’ADEME.