23 janvier 2020
Familles Rurales soutient l’initiative et appelle à la participation à l’action collective engagée, à l’échelle européenne, par la Fondation néerlandaise Diesel Emissions Justice (DEJF). L’action se basera sur la loi néerlandaise dite WCAM, concernant la réparation collective, qui permet qu’une transaction soit déclarée contraignante pour tous les propriétaires de voitures lésés partout dans l’Union européenne.
DieselGate : Familles Rurales soutient l'intiative de Diesel Emissions Justice

 

L’action se basera sur la loi néerlandaise dite WCAM, concernant la réparation collective, qui  permet qu’une transaction soit déclarée contraignante pour tous les propriétaires de voitures lésés partout dans l’Union européenne.

 

Après la révélation du "dieselgate", Familles Rurales s’est posé la question d’engager en France une action de groupe contre Volkswagen. S’il ne faisait aucun doute que de nombreux consommateurs avaient été attirés par la double promesse de disposer d’un véhicule à la fois économique (roulant au diesel)  et écologique (ils auraient été moins polluants), il a été difficile à l’époque d’évaluer un "préjudice économique", fondement même de l’action de groupe en France.
DieselEmissionsJustice.png
Aujourd’hui encore près d’un million de véhicules sont concernés par ce "scandale" et presqu’autant de propriétaires dont une forte proportion en milieu rural et péri-urbain, c’est la raison pour laquelle Familles Rurales soutient l’initiative de la Fondation néerlandaise Diesel Emissions Justice et appelle chaque personne lésée à se faire connaître. L’impunité doit laisser place à la responsabilité.

Une appréciation différenciée des préjudices par Volkswagen que rien ne peut expliquer

Volkswagen n’a pas nié l’indéniable, il n’a fait qu’appliquer une « stratégie » différente. Pour un même préjudice, les clients américains ont été indemnisés, les européens n’ont pas même été reçus, entendus. Il convenait de faire front, de s’unir sous la houlette d’une entité unique.
En quoi les préjudices subis par des consommateurs européens (8,5 millions de véhicules européens touchés) seraient moins "indemnisables" que ceux subis par leurs homologues outre-Atlantique ? L’argument écologique serait bon pour vendre un produit mais ne tiendrait plus pour obtenir réparation ?

Le souci écologique, les enjeux environnementaux constituent désormais une caractéristique essentielle dans l’acte d’achat des consommateurs. S’ils sont de plus en plus nombreux à acheter "bio", le même esprit les guide lorsqu’il s’agit d’acquérir un véhicule.
Comment alors ignorer que le consentement de nombreux consommateurs n’ait pas été altéré par les allégations mensongères de Volkswagen ? Pourquoi ne pas compenser la dévaluation à la revente des véhicules frappés par ces mensonges ?

Les consommateurs européens doivent s’unir pour être plus forts

La démarche de la Fondation devrait permettre de « peser » davantage, la « pression » collective européenne doit mettre fin à la politique du "2 poids 2 mesures" adoptée jusqu’aujourd’hui par le constructeur. Notre objectif n’est pas de le « punir » mais de le mettre face à ses responsabilités.

Pouvez-vous réclamer une compensation ?

Si vous possédez, avez possédé, ou utilisé précédemment (leasing) un véhicule concerné par la Fraude au Diesel (Dieselgate), vous pourriez avoir droit à une compensation. Entrez vos informations pour vérifier votre éligibilité sur le site de la Fondation : https://www.emissionsjustice.com/fr/