24 décembre 2019
« En faisant des cadeaux, les parents renouvellent ce qui marque le début de la relation parent-enfant : lorsque le petit bébé vient au monde, il est totalement démuni et les parents lui offrent ce qu’ils pensent nécessaires à son bien-être, pour qu’il soit comblé !» rappelle Sylviane Giampino, psychologue enfance et psychanalyste. Découvrez le premier épisode de la websérie Parentalité de Familles Rurales.

Entre 0 et 3 ans
Combler bébé (jusqu’à 3ans) est sans doute ce qu’il y a de plus facile car il n’attache pas encore de valeur aux cadeaux et n’a évidemment  pas besoin d’avoir beaucoup de jouets pour s’amuser ! Ne vous étonnez pas d’ailleurs s’il passe plus de temps à jouer avec les emballages qu’à profiter de ses cadeaux ...

Après 3 ans
L’enfant plus grand exprime des souhaits, mais ce ne sont pas forcément ses désirs les plus profonds : sachez reconnaître l’influence possible des stimulations extérieures que sont la publicité télévisuelle ...ou encore les copains !

« A Noël, on a envie que notre enfant soit heureux, c'est normal de vouloir lui faire plaisir. Mais s'il s'agit d'un trop plein de plaisir, on déséquilibre l'enfant et on risque de le gâter » rappelle Didier Pleux, psychologue spécialiste de l'éducation.
Par ailleurs, les parents ne peuvent pas (ni ne doivent!) répondre à toutes les demandes. Question éducation, ce n’est d’ailleurs pas recommandé que de leur laisser croire qu’il suffit de demander pour obtenir.  À noter que l’expérience de Noël est un bon apprentissage. La traditionnelle liste de Noël ne saurait en aucun cas être une liste de course ! Les parents ont aussi leur mot à dire et ont le droit de refuser d’offrir des jeux violents, des jouets anti-écologiques, toxiques, etc... 

À l’adolescence
Si l’adolescent exprime plus facilement ses envies, et parfois haut et fort, il est aussi sensible aux cadeaux « utiles » et aux cadeaux de transmission familiale...N’oublions pas non plus qu’un bon livre peut aussi être un cadeau plein de sens ! Néanmoins, il n’est pas toujours facile de le surprendre agréablement. Il arrive que le cadeau, qu’on aura mis si longtemps à choisir, ne plaise pas. « Il ne faut pas s’en sentir déprimé » conseille Sylviane Giampino qui rappelle que le cadeau est, au-delà de l’objet, aussi chargé d’affects !

 

 

Pour en savoir plus

Des livres

  • Sylvie Tenenbaum « Ce que disent nos cadeaux »,  Éd. Leduc, 2012
  • Didier Pleux  « Le complexe de Thetis- Se faire plaisir, apprendre à vivre », Ed. Odile Jacob, 2014  

Des vidéos sur les cadeaux  

Des vidéos sur Noël

Et
Le blog de Sylviane Giampino :  http://www.sylvianegiampino.com/