Les caprices le matin, comment faire ?

La chronique de Christine Brunet, psychologue clinicienne.

 

Des pleurs, des cris, des colères avec parfois des coups de pied qui empêchent d’accepter le rythme et font prendre du retard. Voilà ce qui préoccupe ou contrarie le plus les parents et crée une exaspération pour toute la famille : « les caprices du matin ».

 

Le matin, les parents aussi ont « leur école »

 

Il est très important d’expliquer les règles du vivre ensemble et de les rappeler à certains moments de la semaine. Le matin, l’enfant a « rendez-vous » avec son maître et sa classe, il est attendu, comme son parent est attendu au bureau, il a rendez-vous avec des collègues.

 

Préparer le maximum la veille

 

Pour anticiper, il est judicieux par exemple de prévoir le soir les habits qu’il mettra le lendemain tout en le faisant participer ; de vérifier que l’enfant a préparé son cartable ou son sac s’il va à la maternelle. En préparant la table du petit déjeuner la veille, il se sentira attendu quand il arrivera dans la cuisine.

 

Se lever plus tôt

 

Il vaut mieux que le parent se lève un peu plus tôt et qu’il soit prêt au moment du réveil de son enfant. Quelques minutes de sommeil en moins, c’est frustrant mais cela permet une meilleure disponibilité et un déroulement plus serein des différentes étapes… Si le parent est prêt avant, cela évitera les cris sous la douche, peu constructifs, inutiles et en général signes d’énervement.

 

Garder son calme et jouer la carte de la bienveillance

 

Mieux vaut éviter d’anticiperle caprice en adoptant un ton autoritaire ou déjà excédé en réveillant l’enfant, et gardez un ton bienveillant et chaleureux : « Je suis fière de toi, tu as bien avancé » par exemple.  Et non « évidemment, comme d’habitude, tu vas faire ta crise, ton caprice »…

Pensez à développer la communication non verbale afin de contenir la colère et cherchez l’apaisement : le ton, le regard, le geste qui accompagne l’enfant ou dit stop. Vous pouvez même chuchoter à l’oreille, tout le monde sera plus calme.

 

Parents, gardez confiance et bienveillance, exercez votre autorité sans autoritarisme mais avec bon sens (il ne s’achète pas mais il existe) et votre enfant parviendra à passer des étapes en acceptant la frustration et les règles du vivre ensemble.       

 


 

 

Pour continuer à avancer :

“Petits tracas et gros soucis de 1 à 7 ans », Christine Brunet, ed. Albin Michel, nouvelle édition (mai 2002).

“Dis bonjour à la dame”, Christine Brunet, ed. Albin Michel, janv. 2012.

Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…