Communiqués de presse : 2015

Index
Le préservatif féminin doit être disponible en grande surface ! (01/12/15)

Le préservatif féminin est la seule possibilité pour une femme de se protéger contre les IST et le sida, sans dépendre de son partenaire. Or, il reste toujours introuvable, que ce soit en pharmacie, ou en grande et moyenne surfaces !

 

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, Familles Rurales lance une alerte concernant l’inaccessibilité des préservatifs féminins. En effet, il ressort, dans son enquête, que :

  • il est quasiment introuvable dans les pharmacies : seul 15% en possède au moins une boite
  • il est absent des rayons de la grande distribution (alors que sa vente y est autorisée)
  • en pharmacie, son prix est dix fois plus élevé que le préservatif masculin soit plus de 2€

Au même titre que les tests de grossesse récemment autorisés à la vente, la grande distribution a un rôle à jouer pour généraliser la diffusion et diminuer ainsi le coût du préservatif féminin. Ce dernier pourrait aussi être vendu, dans les distributeurs automatiques comme dans d’autres pays européens. Cette évolution garantirait une meilleure disponibilité sur l’ensemble du territoire et pour certaines un sentiment renforcé d’anonymat.

 

Familles Rurales demande que :

  • la grande distribution référence les préservatifs féminins
  • les pouvoirs publics renforcent l’information des femmes et des hommes sur l’existence du préservatif féminin (alternative au préservatif masculin) ainsi que la formation des professionnels de santé afin de le banaliser.
Haut de page
Lancement de l’édition 2016 des Trophées J.PASS (30/10/15)

L’édition 2016 des Trophées J.PASS, organisée par Familles Rurales et le Crédit Mutuel, est ouverte. Cet appel à projets permet d’accompagner des groupes de jeunes, âgés de 12 à 25 ans, dans la réalisation de leurs projets et de valoriser leurs initiatives.

 

Pour l’édition 2016, 10 prix nationaux seront remis d’un montant de 1 000 à 2 500 euros, dont un prix spécial « Encouragement » dédié aux porteurs de projet de moins de 16 ans.

 

Pour être éligible, le projet doit répondre à certains critères… :

  • Etre porté par des jeunes de 12 à 25 ans,
  • Etre un projet collectif, porté par minimum deux jeunes,
  • Avoir un impact sur le territoire
  • Favoriser l’animation et la dynamisation du milieu rural,

 

… et porter sur un ou plusieurs des six thèmes suivants :

  • Environnement : développement durable, protection de l’environnement, consommation responsable…
  • Santé : éducation à la santé, prévention des conduites à risque, sécurité routière, alimentation…
  • Solidarité d’ici et d’ailleurs : sensibilisation à l’Europe et à l’international, tolérance entre les peuples, mobilité des jeunes… (hors séjours de vacances et voyages d’études)
  • Citoyenneté : participation et engagement des jeunes au sein de leur commune, de leur lieu de vie, participation au débat public…
  • Art et culture : accès des jeunes à la culture en milieu rural, valorisation des savoir-faire des jeunes, préservation du patrimoine local...
  • Intergénération : solidarités entre les générations, mixité des âges...

 

Les porteurs de projets peuvent se rapprocher des fédérations départementales Familles Rurales (coordonnées sur le site www.jpass.fr). Le règlement complet et le dossier de candidature sont disponibles sur : www.jpass.fr

  

La date limite de dépôt des dossiers de candidature est le 31 mars 2016.

 

 

Quelques exemples de projets primés en 2015 :

 

1er prix : 2 500 € : « Saint-Michel et Chanveaux à l’Art Rue, ça s’cultive » (Maine-et-Loire)

 

Maxime, Antoine, Pauline, Cindy, Claire, Mylène et Augustin ont décidé de reprendre le flambeau et d’organiser la 5ème édition du festival A l’Art Rue à St Michel et Chanveaux (400 hab). Au programme : une ballade, un concert, un marché de producteurs locaux, des actions culturelles…L’objectif : la redécouverte du patrimoine, des artistes et savoir-faire locaux !

 

2ème prix : 2 000 € : « Projet india ! » (Manche)

 

Inscrit dans le thème « Solidarité d’ici et d’ailleurs », le projet India, mené par 4 jeunes de la Manche, a pour but de venir en aide financièrement, matériellement et humainement à deux structures en Inde : une école et un orphelinat. Le groupe est parti cet été pour réaliser les travaux de rénovation.

 

2ème prix ex-aequo : 2 000 € : « Jouons ensemble » (Aveyron)

 

C’est en jouant à des jeux géants qu’Alexis, Clémence, Julien et Colin ont décidé de créer eux-mêmes leur propre jeu. Ils se sont donc mis à la tâche, enfin surtout aux outils, et les jeux sont tellement bien que les jeunes les prêtent à l’accueil de loisirs (et jouent avec les petits), aux fêtes de village, à la maison de retraite (et passent l’après-midi avec leurs aînés)… tout un programme ! 

 

4ème prix  1 500 € : « Festival Rehain vit’l’art » (Meurthe-et-Moselle)

 

Quatre filles dans le vent ont décidé de relever le challenge et de s’investir dans la vie de leur village en s’appropriant le festival Rehain vit’l’art, avec leur touche personnelle : des activités en intergénération, la valorisation des acteurs locaux tout en mettant en place des actions citoyennes…

 

5ème prix 1 000 € : « Des jeux et des jouets pour tous » (Loire-Atlantique)

 

La culture pour tous ! Et surtout pour les habitants de Paimboeuf et Corsept ! Ce sera chose faite grâce à l’ouverture d’une ludothèque, le projet mené par 5 jeunes filles âgées de 13 à 16 ans en Loire-Atlantique. Eh oui, c’est possible ! Et les Trophées J.PASS ont dit…« J’achète !»

En savoir plus
Haut de page
70 ans de la Sécurité sociale : N’oublions pas ses fondements ! (07/10/15)

La Sécurité sociale fête cette année son 70ème anniversaire. Mise en place au lendemain de la 2nde guerre mondiale, elle a pour but de « garantir les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent » (extrait de l’article 1 de l’ordonnance du 4 octobre 1945).

 

Symbole du modèle social français et reposant sur la responsabilité de chacun au travers des prélèvements sociaux, la Sécurité sociale a permis à notre pays d’assurer le renouvellement des générations, favorisé l’allongement de l’espérance de vie et engendré un pacte social entre les citoyens.

 

Mais en 70 ans, la Sécurité sociale aura connu de nombreuses évolutions, dont certaines fragilisent malheureusement ses principes fondateurs, en particulier celui de l’universalité. L’augmentation du reste à charge pour les soins, la mise sous conditions de ressources des allocations familiales, en sont les tristes exemples.

 

La remise en cause, souvent insidieuse, des principes fondateurs de la Sécurité sociale constitue pour Familles Rurales un véritable danger pour le vivre ensemble et la cohésion de la nation.

 

Face aux défis du vieillissement de la population, du maintien de la natalité, de la conciliation de la vie familiale et professionnelle, c’est au contraire à partir de principes forts et avec l’audace de ses fondateurs, que la Sécurité sociale devra proposer des réponses ambitieuses et modernes, qui se garderont d’opposer les générations, les actifs et les inactifs, pour renforcer la cohésion sociale et donner confiance en l’avenir.

Haut de page
Le préservatif féminin est toujours introuvable ! (25/09/15)
A l’occasion de la journée mondiale de la contraception, force est de constater que le nombre de grossesses non désirées, en France, reste très élevé. Familles Rurales s’est alors intéressé à l’un des seuls dispositifs qui ne nécessite pas de passer par un praticien et qui permet aux femmes d’être actrices de leur protection sans s’en remettre au bon vouloir de leur partenaire : le préservatif féminin.

Dans ses enquêtes, Familles Rurales constate un prix dix fois plus élevé que le préservatif masculin soit plus de 2€, une présence plutôt rare dans les pharmacies, seul 15% en possède au moins une boite. C’est également la proportion de pharmaciens indiquant présenter le préservatif féminin lors d’une demande de conseil. Malheureusement, les premiers résultats de l’enquête 2015 ne laissent présager aucune amélioration.

Certes le préservatif féminin est disponible auprès des organismes de prévention et de planification, mais ces structures sont trop peu nombreuses, et situées dans les plus grandes villes. Familles Rurales regrette qu’il ne soit pas vendu aux côtés du préservatif masculin au rayon hygiène des GMS, ou encore dans les distributeurs automatiques comme dans d’autres pays européens. Cette évolution garantirait unemeilleure disponibilité sur l’ensemble du territoire et pour certaines un sentiment renforcé d’anonymat.

Familles Rurales demande également au pouvoir public de renforcer l’information des plus jeunes sur l’existence de ce moyen de contraception ainsi que la formation des professionnels de santé afin de le banaliser.
Haut de page
Comité interministériel aux ruralités : Une mobilisation à poursuivre… sans oublier les associations ! (16/09/15)

Lundi 14 septembre, le Président de la République a présidé le comité interministériel aux ruralités. Familles Rurales est satisfait de la tenue d’un deuxième comité cette année, axé sur l’amélioration de la qualité de vie et l’attractivité des territoires ruraux. Cela témoigne d’une volonté politique et d’une mobilisation importante sur cet enjeu essentiel.

 

Le Mouvement accueille favorablement les mesures de soutien financier pour le développement des bourgs-centres et petites villes. Ils sont au cœur de la vie des territoires ruraux et leur vitalité est primordiale pour éviter la concentration autour des métropoles. De même, les mesures visant la mobilité, enjeu majeur du milieu rural, vont dans le bon sens : mutualisation, investissement et modernité.

 

Familles Rurales partage l’inquiétude des collectivités sur le désengagement de l’Etat concernant les dotations, la réforme annoncée de la dotation globale de fonctionnement ne résoudra pas les déficits ainsi créés et leurs effets. Le Mouvement redoute surtout les conséquences en termes de réduction de services à la population

 

Enfin, le Mouvement regrette l’absence de mesures en direction des associations qui interviennent en milieu rural. Que seraient l’accueil de la petite enfance, le périscolaire, la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, l’animation des territoires, le transport solidaire… sans les associations ? Ces dernières jouent un rôle déterminant dans la vitalité de nos ruralités.

 

Familles Rurales rappelle la nécessité de concertation et d’implication des acteurs de terrain qui au quotidien accompagnent les habitants des territoires ruraux et souhaitent vivement que les prochaines mesures prennent mieux en compte les besoins du secteur associatif.

Haut de page
Familles Rurales signataire de l’avenant à la convention AERAS (03/09/15)

Familles Rurales accueille favorablement l’introduction du « droit à l’oubli » dans la Convention AERAS par l’intermédiaire d’un avenant. Le Mouvement est signataire aux côtés des associations représentant les personnes malades ou handicapées, des pouvoirs publics et des professionnels de la banque et de l’assurance. Pour rappel, le dispositif AERAS permet l’accès à l’assurance emprunteur et l’accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé.

 

Un nouveau pas est franchi avec la mise en place du « droit à l’oubli ». Ainsi, passé un certain délai, les personnes ayant été atteintes d’un cancer, n’ont désormais plus à le déclarer lors de la souscription de l’assurance d’un prêt. Elles ne peuvent donc plus se voir appliquer d’exclusions de garantie ou de surprimes en raison de leur maladie. Pour les adultes, le délai est de 15 ans après la fin du protocole thérapeutique. Pour les mineurs âgés de moins de 15 ans, il est ramené à 5 ans.

 

Pour Familles Rurales, cet avenant va dans le bon sens, notamment pour les mineurs qui ne se verront pas pénalisés, par leur maladie, à l’âge adulte lorsqu’ils souscriront un prêt.

 

Une grille de référence sera mise en place pour les pathologies cancéreuses et d’autres types de maladie, y compris chroniques, permettant de se rapprocher des conditions d’assurance standard dans un délai inférieur à 15 ans. C’est une avancée, même si Familles Rurales regrette que certaines pathologies, comme les allergies, restent exclues de cette grille, et donc soumises à des surprimes.

Haut de page
Observatoire des prix « fruits et légumes » été 2015 : Hausse du prix des fruits et baisse du prix des légumes (19/08/15)

Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2015 portant sur deux relevés effectués durant l’été

 

Ces résultats mettent en évidence :

  • Une baisse des prix entre les relevés de juin et de juillet 2015, notamment 4 produits : la pêche, la nectarine, les haricots verts et la salade.
  • Par rapport à l’été dernier, les consommateurs ont payé leurs fruits plus chers (+4%) et leurs légumes moins chers (-2%).
  • Les hard-discounts restent toujours moins chers au niveau des prix, et l'écart avec les hyper et supermarchés se resserre.
  • Les produits étrangers sont en majorité moins chers que les français : sur les 16 produits du panel, 9 sont moins chers que leurs homologues nationaux. Cependant, la différence de prix est de l’ordre de 10 centimes dans la majorité des cas.
  • Les fruits et légumes bio sont de 50 à 60% plus chers que les produits conventionnels.

Familles Rurales incite les consommateurs à :

  • opter pour des fruits et légumes de saison
  • vérifier l’origine et comparer les prix selon la provenance et quand l’écart de prix est faible, valoriser la filière française. 

 

Chaque été, les veilleurs consommation de Familles Rurales relèvent les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux reprises : en juin et juillet. Ils distinguent leur origine mais aussi la surface de vente (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés). Un relevé de prix est aussi réalisé pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.

Durant l’été 2015, ce sont 69 veilleurs qui ont relevé les prix dans 37 départements français, pendant les semaines du 08 au 14 juin et du 06 au 12 juillet.

Haut de page
Crise des éleveurs : Comment s’en sortir ? (24/07/15)

La crise agricole que subit la France interpelle particulièrement Familles Rurales, association agréée de défense des consommateurs. Nous constatons que les producteurs vendent aujourd’hui à des prix ne leur permettant pas d’assurer la pérennité de leurs exploitations. Si la compétitivité et les problématiques structurelles des coûts de production dans le cadre d’un marché de plus en plus concurrentiel sont à prendre en compte, la responsabilité des industriels et des distributeurs ne saurait être laissée de côté. Alors que les marges de ces derniers ont augmenté ou se sont maintenues, celles des producteurs ont diminué. La grande distribution invoque régulièrement l’argument du pouvoir d’achat et du prix le plus bas. Les consommateurs refusent d’être un alibi pour justifier des pratiques commerciales contestables conduisant à l’étranglement des producteurs de notre pays. Familles Rurales défend l’idée d’un consommateur responsable, libre de ses choix et respectueux d’un équilibre économique acceptable pour tous. La fragilisation de notre système de production et ses conséquences sur l’emploi et la vitalité de nos territoires ruraux n’est dans l’intérêt de personne. 

 

Les acteurs de la transformation et de la distribution se disent prêts à faire des efforts pour rééquilibrer les relations commerciales avec les producteurs. Ces évolutions ne doivent pas être ponctuelles mais s’inscrire dans la durée et conduire à un réel changement basé sur une responsabilisation des intermédiaires et une transparence accrue concernant les coûts, l’origine et la qualité des produits, y compris des produits transformés. Telles sont les conditions d’un soutien fort des consommateurs, par leur acte d’achat, à nos filières françaises. 

 

Dans ce contexte, Familles Rurales a décidé d’engager une démarche auprès des différentes filières afin d’étudier les modalités du soutien et de la promotion de toute initiative concourant à un rapprochement d’ampleur entre le consommateur et le producteur. Familles Rurales est convaincu qu’il s’agit d’une des clefs de la réussite d’un changement de modèle qui permettrait de réduire l’hyper-dépendance aux circuits classiques de distribution et ainsi aux producteurs de vivre décemment de leur travail et au consommateurs d’avoir accès à la qualité au juste prix.

Haut de page
Election de Mme Marie-Andrée Blanc à la présidence de l’Unaf (29/06/15)

Familles Rurales adresse ses félicitations à Madame Marie Andrée Blanc élue Présidente de l’UNAF par son Conseil d’Administration le 26 juin 2015 et lui transmet ses voeux de réussite dans cette importante mission en direction des familles. 

 

Familles Rurales réaffirme son attachement à une UNAF donnant toute sa place aux mouvements familiaux, reconnaissant toutes les familles dans leur diversité et proposant une politique familiale moderne en phase avec les réalités de vie des familles. 

 

Familles Rurales attend de la nouvelle gouvernance de l’UNAF des actes rapides et concrets dans ce sens et apportera son concours à toute initiative constructive en direction des familles, à toute action de soutien et de renforcement des mouvements familiaux et à toute prise de position faisant de l'UNAF un interlocuteur respecté des pouvoirs publics.

Haut de page
Refus du rachat par SFR de Bouygues Télécom : Un équilibre préservé (25/06/15)

Familles Rurales prend acte de la décision du Conseil d’administration de Bouygues de ne pas donner suite à l’offre de rachat de sa filiale Bouygues Télécom par Numericable-SFR, propriété du groupe Altice. Le secteur des Télécoms reste donc en l’état avec quatre opérateurs, maintenant pour le consommateur un bon équilibre et une possibilité de choix. Ce secteur ne doit, en aucun cas, devenir le théâtre d’opérations financières profitant aux actionnaires. 

 

Pour Familles Rurales, trois priorités doivent prévaloir dans ce secteur une politique tarifaire attractive pour le consommateur, résultante d’une concurrence où chacun des acteurs apporte ses spécificités. Quel serait le montant des offres si Free n’était pas entré sur le marché ? 

 

Deuxième priorité : l’investissement qui est primordial pour les années à venir, notamment pour le déploiement du Très haut débit (en fixe et mobile), mais aussi pour la couverture des zones blanches en 3G. 

 

Troisième priorité : la qualité qui est essentielle… Pour rappel, Familles Rurales a lancé, le mois dernier, une action de groupe à l’encontre de Numericable-SFR. De nombreux clients ayant souscrit une offre mobile 4G n’ont pas eu accès à cette technologie sur leur téléphone (pourtant compatible !). Il s’agit pour le Mouvement, d’obtenir réparation pour les consommateurs ayant subi des préjudices économiques nés de pratiques commerciales que l’association estime illicites. 

 

Enfin, dans cette période d’ouverture des négociations pour l’attribution de nouvelles fréquences, Familles Rurales demande à l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep), au travers de son appel d’offre, d’endosser pleinement son rôle de régulateur, et de s’assurer que l’équilibre entre les opérateurs soit respecté.

Haut de page
Première action de groupe dans le secteur des télécoms ! (12/05/15)
Familles Rurales lance la première action de groupe à l'encontre d'un opérateur téléphonique : SFR.
 
Les faits remontent, fin 2013, lors de la commercialisation des offres mobiles 4G. Familles Rurales avait mis en garde les opérateurs sur leur communication (publicité, site internet, brochure commerciale...) qui laissait à penser au consommateur que l'offre 4G était accessible sur une large partie du territoire, plus étendue que la réalité.
Contrairement à d’autres opérateurs, SFR n’a pas souhaité faire évoluer ses pratiques. Familles Rurales l’a donc mis en demeure avant de le traduire en justice. L’affaire est pendante devant les tribunaux.
 
A l’époque l’action de groupe n’existait pas. Aujourd’hui, au-delà de poursuivre son action visant la condamnation du préjudice qu’il estime avoir été porté à « l’intérêt collectif », Familles Rurales entend permettre aux abonnés SFR d’obtenir la réparation des préjudices économiques nés des pratiques commerciales que l’association estime illicites.
 
Pour Familles Rurales les consommateurs n’ont pas bénéficié d’une information fiable (Cf. étude ARCEP publiée le 10 juillet dernier). De nombreux clients ont ainsi pu souscrire une offre 4G alors que SFR savait cette technologie non disponible sur leur territoire.
Au-delà de la différence de prix entre un forfait 3G et un autre 4G, Familles Rurales souhaite que les consommateurs qui ont dû s’équiper d’un terminal 4G (les plus chers du marché) puissent être remboursés.
 
Compte tenu de ce qui précède, Familles Rurale demandera au Tribunal que tout abonné ayant souscrit une offre présentée comme permettant d’accéder à la technologie 4G alors qu’en réalité la technologie n’était pas accessible puisse être dédommagé.
 
Ce dossier illustre l’importance d’une telle procédure, car en plus de la demande au juge de la condamnation d’une pratique, Familles Rurales souhaite que les premières victimes, les consommateurs, soient indemnisées, tel est l’objectif de l’action de groupe « à la française ».
Haut de page
9e Observatoire des prix - Familles Rurales (22/01/15)
Dans son édition datée jeudi 22 janvier, la Croix publie en exclusivité les résultats du 9e Observatoire des prix de Familles Rurales.

L’Observatoire des prix constate une baisse du panier moyen des ménages de -0,13% entre 2013 et 2014. C’est la deuxième année de baisse des prix, ce qui est une bonne nouvelle pour le porte-monnaie des consommateurs. 

  • Les prix ont baissé de -0.13% entre 2013 et 2014. Le prix moyen du panel s’élève en 2014 à 135,08 euros.
  • Alors que les prix des marques de distributeur et ceux des premiers prix baissent, seuls les prix des marques nationales repartent à la hausse, après une année de baisse en 2013.
  • Le supermarché est la surface de vente qui propose des prix les plus intéressants pour le consommateur.
  • Les prix des lessives et produits d’entretien sont en forte hausse depuis deux ans : 20%
  • Depuis 2006, les prix ont augmenté de 4,16% : les marques nationales sont en constante hausse, les marques de distributeurs et les 1er prix affichent de fortes variations à la hausse et à la baisse.
 
Enquête réalisée par un réseau de 80 « veilleurs consommation » issus de 37 départements. Relevés de prix de 35 produits de consommation courante représentant 13 catégories de produits, tous les 2 mois. 3 types de prix relevés : marque nationale, marque de distributeurs et 1er prix, dans 3 types de magasins : hypermarchés, supermarchés et hard-discounts.
Haut de page
Les Trophées J.PASS 2015 sont lancés ! (07/01/15)

L’édition 2015 des Trophées J.PASS, organisée par Familles Rurales et le Crédit Mutuel, est ouverte. Cet appel à projets permet d’accompagner des groupes de jeunes, âgés de 12 à 25 ans, dans la réalisation de leurs projets et de valoriser leurs initiatives.

Pour l’édition 2015, 10 prix nationaux seront remis d’un montant de 1 000 à 2 500 euros !

 

Pour être éligible, le projet doit répondre à certains critères… :

  • Etre porté par des jeunes de 12 à 25 ans,
  • Etre un projet collectif, porté par minimum deux jeunes,
  • Avoir un impact sur le territoire
  • Favoriser l’animation et la dynamisation du milieu rural,

 

… et porter sur un ou plusieurs des six thèmes suivants :

 

Environnement : développement durable, protection de l’environnement, consommation responsable…

Santé : éducation à la santé, prévention des conduites à risque, sécurité routière, alimentation…

Solidarité d’ici et d’ailleurs : sensibilisation à l’Europe et à l’international, tolérance entre les peuples, mobilité des jeunes… (hors séjours de vacances et voyages d’études)

Citoyenneté : participation et engagement des jeunes au sein de leur commune, de leur lieu de vie, participation au débat public…

Art et culture : accès des jeunes à la culture en milieu rural, valorisation des savoir-faire des jeunes, préservation du patrimoine local...

Intergénération : solidarités entre les générations, mixité des âges...

 

Les porteurs de projets peuvent se rapprocher des fédérations départementales Familles Rurales (coordonnées sur le site www.jpass.fr ).

 

La date limite de dépôt des dossiers de candidature est le 31 mars 2015.

 

Retrouvez le règlement complet et le dossier de candidature sur : www.jpass.fr

Haut de page
Dans la même rubrique
Recherche par n° de département Recherche par type d’activité
Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 50
Numéro 50

mai - juin
2016
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département