Communiqués de presse : 2016

Index
Pour la généralisation du chèque énergie ! (19/12/2016)

A l’occasion du 10ème anniversaire de la création du médiateur national de l'énergie, Jean Gaubert a dressé un bilan en 10 points des avancées auxquelles le médiateur a contribué et des mesures qu’il souhaite voir aboutir. Le chèque énergie figure en 8ème point : le médiateur est de ceux qui plaident depuis l’origine pour ce nouveau dispositif d’aide au paiement des factures d’énergie, plus simple, plus juste et plus équitable.


Jusqu’alors, l’aide au paiement des factures était limitée au gaz de ville et à l’électricité. Le changement, avec le chèque énergie, est que l’aide concerne les personnes en difficulté, quelle que soit l’énergie utilisée : le gaz, le bois, le fuel, l’électricité ou d’autres énergies.


L’expérimentation en cours porte sur 4 départements. L’objectif étant de tester ce dispositif pour y apporter les améliorations nécessaires avant sa généralisation en janvier 2018. Elle n’était initialement prévue que pour un hiver, ce délai manifestement trop contraint pour tirer des enseignements, a été reconduit compte tenu des demandes des différents acteurs, énergéticiens compris.
Alors que l’expérimentation est en cours, le dispositif fait déjà l’objet de nombreuses critiques. S’il existe nécessairement des améliorations à apporter, Familles Rurales rappelle son attachement à ce dispositif dans la mesure où il aide les familles dans le besoin, quel que soit leur mode de chauffage. N’est-il pas un peu tôt pour tirer à boulets rouges sur cette aide nouvelle plébiscité par 73%** des consommateurs ?


Familles Rurales soutient le chèque énergie. Même si des progrès restent à faire notamment pour identifier les personnes en situation de précarité afin de leur assurer une trêve hivernale (ouverte par la Loi « Brottes » consistant à maintenir le courant en cas d’impayés pendant l’hiver) le Mouvement rappelle l’avancée sociétale conséquente qu’il représente.

 

* Extrait de la lettre d’info du Médiateur national de l’énergie du 13/12 : Les 10 avancées auxquelles le médiateur a contribué : « n°8La mise en place du chèque énergie : Testé dans 4 départements, le chèque énergie se substituera aux tarifs sociaux, qui ne concernent que l’électricité et le gaz naturel, à partir du 1er janvier 2018. Le médiateur est de ceux qui plaident depuis l’origine pour ce nouveau dispositif d’aide au paiement des factures d’énergie, plus simple, plus juste et plus équitable ».

http://www.energie-mediateur.fr/fileadmin/user_upload/Publications/CP-10_ans-MNE-dec2016.pdf

** Baromètre Energie-info de 2016

Haut de page
Observatoire des prix des médicaments 2016 (13/12/2016)

Familles Rurales publie les résultats de son observatoire des prix des médicaments relevés dans 80 pharmacies. En complément, le Mouvement a réalisé une enquête auprès de 700 familles sur les missions des pharmaciens.

 

Il résulte de ces deux enquêtes les résultats suivant :

 

-       D’une pharmacie à l’autre, le prix d’un médicament passe du simple au triple ;

-       Les pharmacies en ligne proposent des prix faussement attractifs, car les frais de livraison annulent l’effet d’affichage ;

-       Entre officines et grandes et moyennes surfaces, la comparaison des prix relève du jeu de piste ;

-       L’information des consommateurs sur les prix des médicaments se dégrade fortement. 80 % des boites vendues en officine ne sont plus étiquetées ;

-       Les missions de conseil et de prévention doivent être améliorées, en ligne comme en officine

-       Les « nouvelles » missions des pharmaciens instaurées par la loi 2009 ne sont pas identifiées par les consommateurs.

 

Au regard de ces résultats, Familles Rurales :

-       Conseille aux consommateur de demander le prix des produits avant de passer en caisse et de les comparer entre officines

-       Invite les pharmaciens à mieux s’autoréguler

-       Renouvelle sa demande auprès de la ministre de la Santé d’agir afin de cesser les mauvaises pratiques liées à la vente de médicaments en ligne

 

Retrouvez tous les résultats dans le dossier de presse en téléchargement.

Haut de page
Convention de partenariat avec le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales (18/11/2016)

Jean-Michel BAYLET, ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, signe vendredi 18 novembre une convention de partenariat avec l’association Familles Rurales. En cohérence avec les conclusions du troisième comité interministériel aux ruralités (CIR) tenu en mai dernier à Privas, le ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Ruralité et des Collectivités territoriales a décidé de soutenir des associations contribuant à la vitalité et au développement des territoires ruraux.

Familles Rurales est le premier Mouvement familial de France. Composée de 2 200 associations locales, regroupant 170 000 familles adhérentes, elle est présente dans plus de 10 000 communes. Elle contribue à apporter des réponses aux problématiques de la vie quotidienne rencontrées par les habitants des zones rurales en matière de d’éducation, de loisirs, de consommation ou encore de culture et participe ainsi de l’animation de ces territoires.

La convention de partenariat, assortie d’un soutien financier de 50 000€, permettra de conforter l’action commune du ministère et de l’association.

 

Cette collaboration s’illustre notamment par la contribution de l’association au déploiement des  maisons de services au public (MSAP). Familles Rurales entend par ailleurs renforcer le développement de ce réseau de 1000 maisons d’ici la fin de l’année, en proposant aux habitants des territoires ruraux, en plus de la mise à disposition de ses locaux, une offre variée de services en direction des habitants, notamment en matière de mobilité.

L’association est ainsi à l’origine d’une des actions d’utilité sociale retenue lors  du dernier comité interministériel en faveur de la mobilité, qui trouve d’ailleurs  sa traduction concrète dans la proposition de loi relative à la régulation, à la responsabilisation et à la simplification dans le secteur du transport public particulier de personnes en cours d’examen au Parlement.

Enfin, Familles Rurales contribuera aux réflexions sur la mise en œuvre des contrats de ruralité.

Le ministère accompagnera par ailleurs l’association dans l’évolution de son réseau pour l’adapter à la réforme territoriale et notamment à l’essor de l’intercommunalité.

Ce partenariat traduit la volonté de Jean-Michel BAYLET d’associer étroitement   les acteurs  locaux, en particulier le monde associatif, au mouvement engagé par le Gouvernement en faveur des territoires ruraux. Il témoigne d’une conviction partagée : nos ruralités sont une chance pour la France et leurs atouts méritent d’être mieux valorisés.

Haut de page
Transport solidaire : Une activité bientôt reconnue ! (04/11/2016)

En mai dernier, Familles Rurales a participé au comité interministériel aux ruralités. Le Mouvement avait alors proposé de favoriser les services de mobilité sociale et en particulier les initiatives associatives de transport à utilité sociale. Cette mesure avait été retenue par le gouvernement.

 

En effet, certaines des associations Familles Rurales ont été obligées d’abandonner le transport solidaire contesté par des chauffeurs de taxi professionnels. Le motif : une activité qui selon la réglementation était interprétée comme concurrentielle aux taxis.

La mobilité est un enjeu primordial en milieu rural où l’offre de transport collectif est souvent inexistante. Le transport solidaire permet aux personnes qui ont peu de moyens d’accéder à un moyen de transport à faible coût. Remettre en cause cette activité revenait à contester son utilité sociale !

 

Après l’annonce au comité interministériel, restait à faire évoluer le cadre juridique pour rendre possible cette activité. C’est donc presque chose faite par l’adoption d’un amendement d’origine parlementaire mercredi soir, lors de l’examen de la proposition de loi transport public particulier de personnes par le Sénat. Cet amendement légalise la pratique du transport solidaire tout en l’encadrant.

 

Familles Rurales suivra les travaux parlementaires à venir afin de s’assurer de l’adoption définitive de cette disposition.

Haut de page
Indication origine de la viande (15/09/2016)

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a annoncé aujourd’hui que le seuil rendant obligatoire l’étiquetage de l’origine des viandes dans les produits transformés sera fixé à 8%.

 

Si Familles Rurales se réjouit du lancement de cette expérimentation le 1er janvier 2017, le Mouvement regrette que ce seuil exclut de nombreux produits de consommation courante. Ceci risque de rendre la mesure inefficace.

 

En effet, de nombreux plats préparés contiennent moins de 8% de viande. Le Mouvement a d’ores et déjà repéré par exemple des raviolis ou des pâtes à la bolognaise qui n’en contiennent que 7% et qui ne seront donc pas soumis à l’obligation d’étiquetage.


Par ailleurs, le seuil de 8% présente un risque d’effet d’aubaine fort. Pour les produits contenant entre 8 et 10% de viande, la tentation sera grande pour certains industriels d’adapter leurs recettes pour échapper à cette obligation d’étiquetage.

Pendant la concetation, Familles Rurales a défendu le seuil maximum de 5%. Il permettait d’englober la quasi-totalité des produits et emportait d’ailleurs l’adhésion de nombreuses parties prenantes.

 

Familles Rurales regrette que le Gouvernement n’ait entendu que partiellement l’exigence de transparence des consommateurs et ait cédé à la pression exercée par certains industriels de l’agroalimentaire. Les consommateurs ont subi trop de crises alimentaires ces dernières années pour que le Mouvement se satisfasse qu’une certaine opacité demeure.

Haut de page
Observatoire des prix « fruits et légumes » été 2016 (23/08/16)

Couverture de l'Observatoire des fruits et légumes 2016Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2016 portant sur deux relevés effectués durant l’été. Ces résultats, à retrouver en exclusivité mardi 23 août dans le quotidien la Croix, mettent en évidence :

 

  • Une année aux prix records : depuis le début de l’observatoire, les prix n’ont jamais été aussi élevés : 4.10 € pour 1kg de fruits et 2.30 € pour 1kg de légumes
  • Entre 2015 et 2016, les fruits ont augmenté de + 18% et les légumes de + 10%.
  • Les produits qui ont le plus augmenté sont : la pomme de terre + 37%, la fraise + 36%, le melon + 17%, la cerise + 17%, la courgette + 17%...
  • Les hard-discounts restent toujours moins chers en termes de prix, même si l’écart avec les hyper et supermarchés se resserre.
  • Des fruits et légumes « Origine France » qui restent compétitifs par rapport à leurs homologues étrangers. La différence de prix reste très relative (inférieure ou égale à 10 centimes d’euros dans un cas sur deux).
  • Les fruits et légumes bio restent globalement plus chers que les fruits et légumes conventionnels, avec un écart qui s’accentue par rapport à 2015 : pour les fruits (+ 2.85 €) et les légumes (+ 1.80€).
  • Manger des fruits et légumes de saison à maturité est moins cher.
  • Acheter des fruits et légumes français n’est pas forcément plus cher.
 
 

Chaque été, les veilleurs consommation de Familles Rurales relèvent les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux reprises : en juin et juillet. Ils distinguent leur origine mais aussi la surface de vente (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés). Un relevé de prix est aussi réalisé pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.

Durant l’été 2016, ce sont 50 veilleurs qui ont relevé les prix dans 32 départements français, pendant les semaines du 06 au 12 juin et du 04 au 10 juillet.

Haut de page
Radiofréquences : Protégeons les enfants ! (08/07/16)

Le 15 juin dernier Familles Rurales et La CSF lançaient un appel au gouvernement, en présence de Laurence Abeille, pour obtenir une campagne de sensibilisation et d’information expliquant aux parents les enjeux d’une plus grande sobriété dans les usages du téléphone mobile par les enfants.

 

L’étude de l’ANSES, publiée vendredi 8 juillet, va plus loin. Non seulement elle confirme leur particulière sensibilité mais appelle également les pouvoirs publics à abaisser les seuils d’exposition pour les protéger davantage.

 

Leur cerveau, leur corps absorbent malheureusement bien plus d’ondes que les adultes. C’est la raison pour laquelle l’Agence en charge de protéger la santé des populations, invite à fixer des seuils d’exposition qui prennent en compte cette particulière sensibilité des plus jeunes, tel n’est pas le cas aujourd’hui.

 

Sans culpabiliser les familles qui ne sont aujourd’hui pas en mesure de comprendre le risque, Familles Rurales et La CSF manifestent leur grande inquiétude quant à une exposition manifestement inappropriée des enfants aux ondes émises par les mobiles.

 

Pour rappel, notre étude qui concernait plus de 6 700 personnes dont 4 000 enfants a mis en exergue la méconnaissance manifeste des familles sur les règles élémentaires à respecter. Trop d’enfants de moins de 14 ans sont équipés d’un mobile alors qu’ils ne le devraient pas, trop d’enfants utilisent un téléphone collé à l’oreille ou très près du corps, alors qu’ils devraient systématiquement utiliser un kit mains libres pour l’éloigner un maximum, trop d’enfants s’endorment avec leur mobile sous l’oreiller.

 

Il est temps d’agir. Familles Rurales et La CSF appellent le gouvernement à se saisir de ce sujet important :

  • Pour abaisser les seuils d’exposition
  • Mettre en place une campagne d’information efficace auprès des parents et des enfants
Haut de page
Radiofréquences : Du bon usage du téléphone portable (15/06/16)

Familles Rurales et La CSF publient aujourd’hui les résultats de leur enquête sur l’usage des téléphones portables auprès de 6 700 personnes (2 500 adultes et 4 200 enfants).

 

Les résultats démontrent que les consommateurs ne connaissent pas les bons usages du mobile, notamment la nécessité d’utiliser systématiquement le kit mains libres lors des appels. Plus de 90 % des adultes et des enfants ne suivent pas cette recommandation.

 

Par ailleurs l’enquête révèle que 75% des mineurs équipés d’un mobile l’ont été avant 14 ans (ce qui est contraire aux recommandations et au Code de la santé publique).

 

Les bons usages sont méconnus des utilisateurs de téléphone portable, malgré la communication des opérateurs et constructeurs. Il en résulte des usages inquiétants par les adultes et les enfants.

 

Pour Familles Rurales et La CSF, il est urgent que les Pouvoirs publics et les opérateurs jouent leur rôle et améliorent leur communication à destination des utilisateurs de téléphone portable afin que les bons usages soient connus de tous.

 

Enfin, alors que Familles Rurales, la CSF, Laurence Abeille et l’ANFR devaient intervenir ensemble sur le sujet, l’ANFR s’est désistée à quelques heures de la conférence. Elle avait été précédée par la Fédération Française des Télécoms qui nous informait de son absence et de celles de ses membres bien que plusieurs opérateurs avaient confirmé leur participation.

 

Le sujet des radiofréquences et téléphone portable serait-il délicat ?

Haut de page
Familles Rurales participe au Comité interministériel aux ruralités (23/05/16)

Familles Rurales a participé, vendredi au comité interministériel aux ruralités, en présence du Premier ministre et de plusieurs ministres, à Privas en Ardèche. Ce comité fait suite aux deux précédents, organisés en 2015.

 

Dominique Marmier, président de Familles Rurales, y a salué l’initiative des Pouvoirs publics, qui ont associé, en amont dans le cadre de la préparation, les acteurs du milieu rural, et en particulier les réseaux associatifs. C’était une demande de Familles Rurales suite au comité de septembre dernier.

 

Familles Rurales accueille favorablement les mesures qui impactent directement la vie quotidienne des familles dans les territoires : le développement de l’accès aux services publics, aux commerces, à la culture, à Internet en haut débit… Le Mouvement a aussi pris note des mesures en direction de la jeunesse.

 

Enfin, la Comité a repris une mesure portée par Familles Rurales qui vise à favoriser les services de mobilité sociale, et notamment les initiatives associatives de transport à utilité sociale. Le cadre juridique doit évoluer afin de rendre possible cette pratique.

 

Familles Rurales suivra avec attention la mise en œuvre de l’ensemble des mesures présentées lors de ce comité.

Haut de page
Rachat de Bouygues Télécom : La concurrence sur le fixe menacée (01/04/16)

Par voie de communiqués de presse, Bouygues Télécoms, comme Orange ont annoncé différer au 3 avril, au plus tard, le résultat des discussions en cours, en vue d’un rapprochement des deux opérateurs. La date buttoir avait initialement été fixée au 31 mars mais les deux protagonistes ont annoncé que « les négociations n’étaient pas suffisamment avancées ».

 

Si le Mouvement ne voit pas de raison majeure de s’opposer à ce rachat, c’est à la condition que des contraintes soient imposées pour maintenir une réelle concurrence sur le marché du fixe.

 

De manière très concrète, seul Bouygues Télécoms propose aujourd’hui une offre triple play à moins de 20€/mois. Les projecteurs sont mis sur le marché du mobile en matière de cession de fréquences, de réseau et de boutiques à Free et Numéricâble, n’oublions pas celui du fixe. Rien ne semble prévu, à ce stade, pour garantir le minimum de concurrence qu’avait su raviver Bouygues sur ce marché, aussi. La fin de Bouygues ne doit pas signer l’arrêt de mort de la concurrence sur les box…

 

En cas de rachat, Familles Rurales ne manquera pas d’adresser un courrier en ce sens à l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) et à l’autorité de la concurrence. En effet, aux yeux du Mouvement, la fin de Bouygues pourrait être au fixe ce que la fin de Free serait au mobile…

Haut de page
Remaniement ministériel : La famille et les territoires ruraux renforcés ! (18/02/16)

Suite au remaniement ministériel, Familles Rurales accueille favorablement la composition du gouvernement et les choix effectués dans la répartition des charges ministérielles.

 

En effet, Familles Rurales a toujours attaché de l'importance à un ministère portant à part entière, les préoccupations des familles. La création du ministère de la Famille, de l’Enfance et du Droits des femmes va donc dans le bon sens. Le Mouvement reste cependant attentif aux autres portefeuilles tels que la Santé, les Affaires sociales et les Personnes âgées.

 

Ensuite, la création d'un ministère de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales est une réelle chance pour les familles vivant dans les territoires ruraux, dans la mesure où il aura à cœur de répondre aux souhaits d'amélioration de la qualité de vie de celles-ci, tout en intégrant les enjeux de la réforme territoriale. Le Mouvement ne souhaite pas l'opposition entre les milieux urbain et rural, mais préfère une complémentarité entre les deux, visant la cohésion sociale et territoriale.

 

Familles Rurales poursuivra l’avancée de ces travaux avec les différents ministères concernés.
Haut de page
10e Observatoire des prix - Familles Rurales (19/01/16)
Dans son édition datée du mardi 19 janvier, la Croix publie en exclusivité les résultats du 10e Observatoire des prix de Familles Rurales.

 

L’Observatoire des prix constate une légère hausse du panier moyen des ménages de + 0.37%, soit un panier moyen qui s’élève à 135,59 euros.

 

  • Entre 2014 et 2015, légère hausse des trois panels : Marques nationales : + 0,25%, marques de distributeurs : + 0,65% et « 1er prix » : + 0,22%
  • Le supermarché reste la surface de vente qui propose des prix les plus intéressants pour le consommateur.
  • Depuis 2006, les prix ont augmenté de 4,55%, avec une stabilisation des prix depuis 2013 (panier à 135 €)
  • Seules les marques nationales sont en constante augmentation depuis 2006 : +6,91%, avec un panier record en 2015 : 179,56 euros

 

 

 

 

Enquête réalisée par un réseau de 75 « veilleurs consommation » issus de 34 départements. Relevés de prix de 35 produits de consommation courante représentant 13 catégories de produits, tous les 2 mois. 3 types de prix relevés : marque nationale, marque de distributeurs et 1er prix, dans 3 types de magasins : hypermarchés, supermarchés et hard-discounts.
Haut de page
Dans la même rubrique
Recherche par n° de département Recherche par type d’activité
Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 50
Numéro 50

mai - juin
2016
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département