Accueil > Actions Familiales > Consommation > Observatoire des prix pour le milieu rural

Observatoire des prix en milieu rural

Index
Dossier de presse 2017 "Observatoire des prix"

Observatoire des prix 2017 - Familles Rurales

 

Comment ont évolué les prix des prix des produits de consommation courante en 2016 et depuis 10 ans ? Familles Rurales publie les résultats de son observatoire pour l'année 2016.

 

En 2016 :

  • Les prix sont restés stables : +0,37%, mais un panier, marques nationales coûte toujours 2 fois plus cher qu’un panier premiers prix
  • Il est possible de trouver du bio moins cher que certains produits conventionnels.

2006-2016 : principales tendance d’évolution des prix

  • En 10 ans, les marques nationales et les produits de premiers prix ont augmenté au même rythme,
  • Les prix des hypermarchés rattrapent ceux des supermarchés qui étaient jusque-là les plus chers,
  • La lessive augmente plus vite que tout autre produit : jusqu’à + 70 % en 10 ans.

Les critères de choix des consommateurs pour faire leurs courses :

  • Le supermarché est plébiscité, mais les familles fréquentent régulièrement au moins 2 surfaces de vente,
  • La qualité, critère de choix n°1 pour les consommateurs.

 

Télécharger le dossier de presse

Haut de page
Dossier de presse 2016 "Observatoire des prix des fruits et légumes"

Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2016 portant sur deux relevés effectués durant l’été. Ces résultats, à retrouver en exclusivité mardi 23 août dans le quotidien la Croix, mettent en évidence :

  • Une année aux prix records : depuis le début de l’observatoire, les prix n’ont jamais été aussi élevés : 4.10 € pour 1kg de fruits et 2.30 € pour 1kg de légumes
  • Entre 2015 et 2016, les fruits ont augmenté de + 18% et les légumes de + 10%.
  • Les produits qui ont le plus augmentés sont : la pomme de terre + 37%, la fraise + 36%, le melon + 17%, la cerise + 17%, la courgette + 17%...
  • Les hard-discounts restent toujours moins chers en termes de prix, même si l’écart avec les hyper et supermarchés se resserre.
  • Des fruits et légumes « Origine France » qui restent compétitifs par rapport à leurs homologues étrangers. La différence de prix reste très relative (inférieure ou égale à 10 centimes d’euros dans un cas sur deux).
  • Les fruits et légumes bio restent globalement plus chers que les fruits et légumes conventionnels, avec un écart qui s’accentue par rapport à 2015 : pour les fruits (+ 2.85 €) et les légumes (+ 1.80€).
  • Manger des fruits et légumes de saison à maturité est moins cher.
  • Acheter des fruits et légumes français n’est pas forcément plus cher
Pour lire le rapport complet, c'est par ici
Pour lire le dossier de presse, c'est par ici
Haut de page
Dossier de presse 2016 "Observatoire des prix"
Dans son édition datée du mardi 19 janvier, la Croix publie en exclusivité les résultats du 10e Observatoire des prix de Familles Rurales.

 

L’Observatoire des prix constate une légère hausse du panier moyen des ménages de + 0.37%, soit un panier moyen qui s’élève à 135,59 euros.

 

  • Entre 2014 et 2015, légère hausse des trois panels : Marques nationales : + 0,25%, marques de distributeurs : + 0,65% et « 1er prix » : + 0,22%
  • Le supermarché reste la surface de vente qui propose des prix les plus intéressants pour le consommateur.
  • Depuis 2006, les prix ont augmenté de 4,55%, avec une stabilisation des prix depuis 2013 (panier à 135 €)
  • Seules les marques nationales sont en constante augmentation depuis 2006 : +6,91%, avec un panier record en 2015 : 179,56 euros

 

Haut de page
Dossier de presse 2015 "Observatoire des prix fruits et légumes en milieu rural"

Observatoire des prix « fruits et légumes » été 2015 : Hausse du prix des fruits et baisse du prix des légumes

 

Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2015 portant sur deux relevés effectués durant l’été.

 

Ces résultats mettent en évidence :

  • Une baisse des prix entre les relevés de juin et de juillet 2015, notamment 4 produits : la pêche, la nectarine, les haricots verts et la salade.
  • Par rapport à l’été dernier, les consommateurs ont payé leurs fruits plus chers (+4%) et leurs légumes moins chers (-2%).
  • Les hard-discounts restent toujours moins chers au niveau des prix, et l'écart avec les hyper et supermarchés se resserre.
  • Les produits étrangers sont en majorité moins chers que les français : sur les 16 produits du panel, 9 sont moins chers que leurs homologues nationaux. Cependant, la différence de prix est de l’ordre de 10 centimes dans la majorité des cas.
  • Les fruits et légumes bio sont de 50 à 60% plus chers que les produits conventionnels.

Familles Rurales incite les consommateurs à :

  • opter pour des fruits et légumes de saison
  • vérifier l’origine et comparer les prix selon la provenance et quand l’écart de prix est faible, valoriser la filière française. 

 

Chaque été, les veilleurs consommation de Familles Rurales relèvent les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux reprises : en juin et juillet. Ils distinguent leur origine mais aussi la surface de vente (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés). Un relevé de prix est aussi réalisé pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.

Durant l’été 2015, ce sont 69 veilleurs qui ont relevé les prix dans 37 départements français, pendant les semaines du 08 au 14 juin et du 06 au 12 juillet.

Haut de page
Dossier de presse 2014 « Observatoire des prix en milieu rural »

Familles Rurales est agrée association de défense des consommateurs depuis1975 et mène de nombreuses actions pour défendre les intérêts des familles. C’est donc en s’appuyant sur un réseau de 80 veilleurs consommation que  Familles Rurales souhaite s’approcher au plus près de la réalité des familles et en particulier de celles vivant en milieu rural. Les Veilleurs Consommations relèvent pendant toute l’année, les prix de trente-cinq produits de consommation courante en fonction de la taille du magasin et du type de produit.

 

L’Observatoire des prix FAMILLES RURALES suit l’évolution des prix dans la durée pour mesurer leur impact  sur le pouvoir d’achat des familles. Crée en janvier 2006, cet observatoire permet de mesurer l’évolution des prix des produits du panel et de faire valoir les intérêts des consommateurs auprès des instances décisionnelles. Il est aussi utile de remarquer que dans un souci de discrétion, les noms des enseignes visités ne sont pas cités.

 

Dès lors et pour la seconde année consécutive, la tendance est à la baisse (-0.59%) malgré une légère hausse entre septembre et novembre. Un même panier de produits est ainsi passé de 136.27euros à 135.46 euros, soit une baisse de 0.81 euros en janvier et novembre. La plus forte baisse a eu lieu en septembre, 2.05 euros (-1.5%), période des prix les plus bas.

 

Au cœur du département du Doubs, six veilleurs relèvent les prix . Ces relevés sont réalisés dans trois types d’enseignes différentes (deux hypermarchés, trois supermarchés et un hard-discount) pour les produits de marques nationales, les marques de distributeurs, et les premiers prix.

 

Concernant le département du Doubs, entre 2013 et 2014, les prix de tous les panels « marque nationale », « marque de distributeurs », et « 1er prix » diminuent :

*         Le panel « marque nationale » diminue de -1%, soit -1,82€.

*         Le panel « marque de distributeurs » est moins cher de -2,98%, soit -4 ,02€

*         Le panel « 1er prix » est moins cher de -6,28%, soit -6,04€.

 

Le panier du Doubs suit la même évolution que le panier national avec une baisse du panier moyen qui passe de 138,01 en 2013 à 134,05 en 2014. Cette baisse est plus importante dans le Doubs qu’au national,                                                         - 2,87% soit -3,96 euros.

 

On constate que pour les panels « marque nationale » et « marque de distributeurs », le département du Doubs est plus cher que la moyenne nationale :

*         Le panel « marque nationale » est plus cher de 1,09%, soit 1,95€.

*         Le panel « marque de distributeurs » est plus cher de 0,41%, soit 0,53€

*         Le panel « 1er prix » est moins cher de -0,76%, soit 1,03€.

 

Le dossier de presse détaillé est disponible en téléchargement pour davantage de précisions, n’hésitez pas à le consulter.

Haut de page
Dossier de presse 2013 « Observatoire des prix en milieu rural » et années antérieures

Un Observatoire des Prix pour le Milieu Rural

 

Afin de mesurer l’évolution des prix, Familles Rurales a créé en 2005 son propre Observatoire des Prix. La volonté du Mouvement est de s’approcher au mieux de la réalité quotidienne des familles vivant en  milieu rural.

 

Tous les deux mois, quatre-vingt bénévole issus de trente-sept départements, effectuent des relevés de prix dans des commerces de proximité, des supermarchés, des hypermarchés et des magasins de hard-discount. Ces «veilleurs-consommation» disposent d’une liste de 35 produits de consommation courante pour lesquels ils relèvent quatre types de prix : grande marque, marque distributeur, premier prix, prix de hard-discount. Treize catégories de produits sont ainsi représentées dans le panel :

  • Eaux ;
  • Biscuits et confiseries chocolatées ;
  • Boissons chaudes ;
  • Desserts ;
  • Produits laitiers et œufs ;
  • Surgelés ;
  • Produits pour bébés ;
  • Aliments pour animaux ;
  • Confiture et pâte à tartiner ;
  • Jus de fruits ;
  • Petits déjeuners ;
  • Lessives et produits d’entretien ;
  • Produits d’hygiène corporelle.

Une fois collectées localement, les données sont envoyées à la Fédération Nationale, à Paris, pour être analysées. En janvier, Familles Rurales communique au grand public les résultats de cet Observatoire des Prix. Au-delà de l’évolution globale des prix, il met en évidence les disparités existant entre magasins, marques et départements. Il permet également de découvrir l’existence de certains pièges dans l’étiquetage des produits ou dans les promotions réalisées par les enseignes.

En Franche-Comte, huit veilleurs consommations s’inscrivent dans cette démarche et permettent d’alimenter ce dispositif.

Haut de page