Accueil > Qui sommes-nous ? > Les activités du mouvement > La consommation

La consommation

Index
Informer et défendre le consommateur

Une permanence conso Familles RuralesAssociation de défense des consommateurs depuis 1975, Familles Rurales informe, écoute et mène des actions de prévention dans le domaine de la consommation. Le Mouvement défend également, à tous les échelons, les intérêts collectifs et individuels des consommateurs.

Information et éducation

Pour obtenir de l’information, les consommateurs peuvent se rendre dans l’une des 150 permanences consommation tenue par le Mouvement. Ces lieux, répartis dans 48 départements, permettent d’obtenir des renseignements sur les droits et les démarches à suivre pour les actes de la vie quotidienne.

 

Des permanences consommation dans votre région

 

En région Centre, une plateforme téléphonique a été mise en place: en appelant le standard de la fédération régionale (02.38.81.27.37), vous serez écoutés, informés et orientés si besoin vers une permanence locale selon les départements.

Les habitants de la région bénéficient ainsi d’un service de proximité où des bénévoles répondent à leurs questions concernant la consommation. Une salariée, juriste de formation, vous accueille au téléphone et appuie les bénévoles dans la résolution des litiges les plus complexes.

 

Des réunions d’information sur des sujets de la vie quotidienne sont également mises en place afin d’éclairer les consommateurs dans leurs achats.

 

Les associations locales organisent aussi des réunions de prévention et d’information sur des sujets comme la sécurité alimentaire, etc.

 

A coté de l’information, le Mouvement axe également ses actions consommation sur l’éducation du jeune consommateur. Pour cela, des activités sont notamment réalisées dans les écoles et les accueils de loisirs autour de thèmes tels que l’eau, l’alimentation ou la sécurité domestique.

 

La défense des intérêts des familles

 

En cas de litiges, le Mouvement accompagne les familles dans leurs démarches, en les conseillant et les guidant dans la recherche d’une solution, de préférence à l’amiable.

 

Exemple : Après avoir acheté une cuisine sur une foire et souscrit un crédit pour la financer, un couple de retraités s’est rendu compte de son erreur. Renoncer à leur acquisition était impossible puisque l’achat sur une foire n’ouvre aucun délai de rétractation. Le couple s’est donc déplacé dans une permanence consommation Familles Rurales. La permanencière a noté qu’un crédit affecté (crédit à la consommation destiné à financer un bien particulier) avait été contracté ce qui leur permettait de disposer de sept jours pour revenir sur leur décision. L’idée de crédit étant abandonnée, l’achat devenait par conséquence impossible. Grâce aux conseils de la permanencière, le couple a pu revenir sur sa décision initiale.

 

Du niveau local au niveau national, Familles Rurales défend les intérêts matériels et moraux des consommateurs ainsi qu’un certain cadre de vie. Familles Rurales siège ainsi dans de nombreuses instances de la consommation. Au niveau national, le Mouvement est notamment représenté au Conseil National de la Consommation (CNC), au Comité Consultatif des Secteurs Financiers (CCSF),...

 

Enfin, Familles Rurales est consulté par les Pouvoirs publics sur l’actualité qui touche les familles. Le Mouvement prend position publiquement pour revendiquer une meilleure prise en compte des intérêts des consommateurs.

Haut de page
Un Observatoire des prix pour le milieu rural
Mesurer l'évolution des prix
Afin de mesurer l’évolution des prix, Familles Rurales a créé en 2005 son propre Observatoire des Prix. La volonté du Mouvement est de s’approcher au mieux de la réalité quotidienne des familles du milieu rural.

Tous les deux mois, plus de quarante bénévoles, issus d’une vingtaine de départements, effectuent des relevés de prix dans des commerces de proximité, des supermarchés, des hypermarchés et des magasins de hard-discount. Ces «veilleurs-consommation» disposent d’une liste de 35 produits de consommation courante pour lesquels ils relèvent quatre types de prix : grande marque, marque distributeur, premier prix, prix de hard-discount.

 

Treize catégories de produits sont ainsi représentées dans le panel :

  • Eaux
  • Biscuits et confiseries chocolatées
  • Boissons chaudes
  • Desserts
  • Produits laitiers et œufs
  • Surgelés
  • Produits pour bébés
  • Aliments pour animaux
  • Confiture et pâte à tartiner
  • Jus de fruits
  • Petits déjeuners
  • Lessives et produits d’entretien
  • Produits d’hygiène corporelle

Une fois collectées localement, les données sont envoyées à la Fédération Nationale, à Paris, pour être analysées. En janvier, Familles Rurales communique au grand public les résultats de cet Observatoire des Prix. Au delà de l’évolution globale des prix, il met en évidence les disparités existant entre magasins, marques et départements. Il permet également de découvrir l’existence de certains pièges dans l’étiquetage des produits ou dans les promotions réalisées par les enseignes.

Pendant l’été 2007, Familles Rurales a également mis en place un Observatoire des Prix sur les fruits et légumes. En juillet et août, les « veilleurs consommation » ont donc ajouté les prix de sept fruits et huit légumes aux prix relevés toute l’année. Ces informations permettent d’examiner l’évolution de ces produits durant la période estivale.
 
Témoignages de "Veilleurs Conso"
 
Elie Cabrol
Elie Cabrol, adhérent depuis quinze ans au Mouvement Familles Rurales, fait partie des «veilleurs conso». Son engagement dans le domaine de la consommation l’a naturellement incité à accepter de relever les prix dans son département de la Gironde. Tous les deux mois, il procède donc aux relevés dans deux magasins : un supermarché et un hypermarché.


Claude Dupont, jeune retraité, est également de l’aventure. Dans la Sarthe, il relève les prix dans un magasin de hard-discount. « Ce n’est pas très contraignant et c’est intéressant. Loin des discours officiels, je voulais me rendre compte par moi-même de l’évolution des prix. J’ai aussi appris à déjouer certains pièges. On pourrait être tenté par des lots de deux ou trois produits, mais quand on y regarde de plus près, cela revient parfois moins cher de les acheter à l’unité. Dorénavant, je vérifie toujours le prix au kilo. Quelque part, cela m’a ouvert les yeux. »

Relever les prix est riche d’enseignements pour les autres mais aussi pour soi-même. C’est l’occasion d’apprendre à mieux acheter !

Haut de page
Budget et surendettement : La prévention avant tout

La consommation, moteur de la croissance, est plus que jamais au cœur de la vie des familles car les habitudes de consommation évoluent avec la situation de la famille, l’âge des enfants, les ressources du ménage mais aussi des choix moraux, éthiques...

Ainsi, les achats sont-ils parfois sources de discussion entre parents et enfants. La famille est un lieu très important d’éducation vis-à-vis de tout ce qui touche à la consommation en particulier dans la perspective de développer le sens critique vis-à-vis de la publicité, du crédit, des prix...

 

Par ailleurs, les budgets des familles étant de plus en plus contraints, alors que l’offre est toujours plus vaste, les familles doivent faire des choix. Il n’est pas toujours facile de se repérer dans cette diversité, pas toujours facile non plus de résister aux multiples tentations qui se présentent, notamment celle du crédit facile qui présente le risque du surendettement.

Actuellement, peu nombreuses sont les familles qui ne craignent pas - quand elles ne les subissent pas déjà - un jour ou l’autre de subir des difficultés financières. Elles sont, en effet, sources de soucis voire remettent en cause un mode de vie.

Certaines de ces difficultés trouvent leur origine dans un excès de crédit. D’ailleurs, 25% des cas de surendettement sont qualifiés de surendettement actif. Les difficultés financières peuvent être la conséquence d’un accident de la vie (chômage par exemple). C’est ainsi que 75% des personnes en situation de surendettement sont dites en surendettement passif.

 

Un certain nombre de ces tracas financiers peuvent être prévenus si les familles disposent au préalable des informations nécessaires pour s’engager ou évaluer objectivement leur situation.

C’est dans cet esprit que Familles Rurales s’engage auprès des familles. En effet, les familles rencontrant des embarras économiques doivent pouvoir bénéficier d’aides leur permettant d’éviter l’exclusion.

Il importe donc de développer dès la petite enfance, dans la famille puis à l’école, une action volontariste de prévention et une formation sur tous les sujets (gestion du budget, alimentation...) qui rendront chaque famille responsables de sa consommation et de ses actes quotidiens.
 
 
Exemples d’actions
 

Bien se nourrir ne coûte pas plus cher

 

Partant du constat que nos aïeux ne souffraient ni d’obésité, ni de maladies cardio-vasculaires, la fédération des Côtes d’Armor a créé un livre de recettes destiné aux familles à faibles ressources et désireuses d’avoir une alimentation équilibrée.
Ce livret constitue une pierre de plus à l’édifice de la fédération déjà connue pour d’autres actions éducatives (budget, surendettement, microcrédit, observatoire des prix...) et balaie l’idée que bien manger coûte cher: le coût d’un repas par personne est d’environ un euro.
 
Sensibiliser les enfants aux enjeux de l'achat à crédit


A destination d’élèves de CM1, CM2 et de 6ème, la fédération de l’Orne anime des ateliers dans les écoles pour faire découvrir aux enfants les différentes dépenses que doit supporter une famille, inciter à comparer, à suivre les comptes et à prendre garde au crédit.

Ainsi, ces ateliers (organisés tout au long de l’année scolaire), très appréciés des enfants, leur apprennent à effectuer des paiements et à rédiger des chèques.
Haut de page
Un crédit pour redonner un Elan

Le 13 octobre 2006, le Bengali Muhammad Yunus et la banque qu’il a créée - la Grameen bank - ont été récompensés par le Prix Nobel de la Paix, donnant ainsi au microcrédit ses lettres de noblesse.

 

Un peu d’histoire...

 

Le microcrédit puise ses origines dans les mutuelles de crédit agricole créées en Europe à la fin du 19ème siècle. Depuis, le système a été repris, adapté puis développé.

L’activité de microcrédit consiste principalement en l’attribution de prêts de faible montant à des individus ne pouvant accéder aux prêts bancaires classiques. D’abord développé dans les pays en transition où il a permis de concrétiser de nombreux projets, favorisant ainsi l’activité et la création de richesse, le principe s’est exporté avec succès vers les pays développés tels que la France d’abord pour financer des microcrédits professionnels (création d’une micro-entreprise) et plus récemment (depuis 2005) pour financer des microcrédits sociaux.

 

Le microcrédit selon Familles Rurales

 

Familles Rurales, premier Mouvement familial, participe en qualité d’accompagnant à cette formidable expérience. En effet, une part croissante de la population française n’a pas accès aux prêts bancaires et recourt, faute de mieux, au crédit renouvelable avec les conséquences que l’on connaît en termes de surendettement.

Fidèle depuis plus de 60 ans à son engagement de « répondre au besoin des familles », Familles Rurales a fait de l’accès plus égalitaire au crédit l’une de ses priorités. C’est pourquoi elle a créé, en partenariat avec le Crédit Mutuel et le Crédit Coopératif, le crédit Elan.

 

Actuellement, neuf fédérations départementales participent au crédit Elan.

Chaque partenaire du crédit Elan participe au dispositif au titre de ses compétences reconnues dans les domaines concernés : les fédérations départementales pour leurs compétences reconnues dans l’accueil et l’accompagnement des publics en difficulté, les deux banques mutualistes pour l’octroi des prêts. Les sommes prêtées le sont au taux de marché (entre 4 et 8% par an).

 

L'accompagnement par Familles Rurales

 

Fidèle depuis plus de 60 ans à son engagement de « répondre aux besoins des familles », Familles Rurales a toujours su s’adapter en offrant des réponses tant collectives (centres de loisirs...) qu’individuelles (prêt d’électroménager, accompagnement éducatif budgétaire...).
C’est dans cet esprit que le Mouvement s’est engagé dans le microcrédit social en qualité d’accompagnant.
 
En quoi consiste l’accompagnement ? Il s’agit d’un accompagnement en amont et en aval du crédit.
 
En amont, l’accompagnement consiste en la détection des emprunteurs, la détermination de leurs projet, l’instruction et la présentation au partenaire bancaire du dossier de crédit. Cette étape est également l’occasion d’effectuer un travail global sur le budget familial et de vérifier en priorité l’accès au droit légaux des emprunteurs (le crédit n’est pas toujours adapté à la situation).

En aval, il s’agit de poursuivre l’accompagnement budgétaire des emprunteurs afin de s’assurer qu’il n’y a aucun accident de parcours durant la vie du crédit (36 mois au maximum).
Haut de page
Une plateforme téléphonique pour nos familles
Recto Plaquette conso Familles Rurales région Centre Val de LoirePlaquette conso Familles Rurales Région Centre Val de Loire
Haut de page