Dossiers de presse

Observatoire des prix des médicaments 2012
 
Cet observatoire permet d'étudier l'évolution des prix des produits médicamenteux vendus sans ordonnance ; d'observer l'écart de prix d'une pharmacie à l'autre ; d'examiner la présence ou non de libre accès dans les pharmacies ; de mettre en parallèle la localisation des produits dans les officines et leur prix, puis de vérifier la bonne information du consommateur sur les prix.
Cette étude repose sur un réseau de veilleurs chargés d'effectuer des relevés sur 14 produits d'automédication.
Voici les points clés de l'édition 2012 :
  • Les prix sont relativement stables par rapport aux prix relevés en 2010 et 2011. S'il faut se réjouir de l'inexistence de hausse, on ne peut que déplorer l'absence de baisse que devait engendrer la vente de certains médicaments en accès libre.
  • D'importants écarts de prix existent toujours d'une pharmacie à l'autre sur un même médicament.
  • Les produits d'automédication restent majoritairement placés derrière le comptoir bien qu'il faille souligner une légère hausse de la localisation en accès direct.
  • Les pharmacies appartenant à un groupement affichent généralement des prix moins élevés et davantage de zones libres d'accès.
  • Les produits disponibles en accès libre sont globalement moins chers que ceux placés derrière le comptoir ou non visibles.
  • De manière générale, l'information du consommateur-patient sur les prix est bonne grâce à l'affichage sur la boîte, simultanément sur la boîte et le présentoir ou sur le présentoir seul. Il convient toutefois de rester vigilant et de demander systématiquement un ticket de caisse.
 Observatoire des prix 2012
 
Depuis sept ans, Familles Rurales observe l'évolution des prix des produits de consommation courante. Des relevés de prix sont effectués par des « veilleurs consommation » sur 35 produits incontournables de la vie quotidienne en fonction de la taille du magasin (hypermarchés, supermarchés et hard-discounts) et du type de produits, qu'ils soient labélisés « marques nationales », « marques de distributeur » ou « 1er prix ».

En 2012, 80 « veilleurs consommation » issus de 36 départements ont effectué des relevés tous les deux mois. Voici ce qu'il faut en retenir :
 
Pour l'année 2012 :
  • Au cours de l'année, le panel moyen a augmenté de 3,5%. C'est l'année pour laquelle les prix sont les plus élevés depuis le début de l'observatoire. Pour rappel, les relevés de novembre 2011 indiquaient déjà une forte hausse.
  • Tous les panels sont en augmentation : les « marques nationales », les « marques de distributeur » et les « 1er prix », peu importe la surface de vente.
  • Les hard-discounts sont les plus chers pour le panel des « 1er prix ».
Evolution des prix par rapport à 2011 :
  • Les prix ont augmenté de 1,37% entre 2011 et 2012, portés par la hausse des prix des « marques de distributeurs » et « 1er prix ».
  • Tous les produits composés de chocolat sont en augmentation : « biscuits et confiseries chocolatées », « boissons chaudes », « confitures et pâtes à tartiner ».
Evolution des prix depuis sept ans :
  • Les prix des produits des « marques nationales » freinent leur hausse cette année, après plusieurs années de forte augmentation.
  • Les prix des « marques de distributeur » sont en revanche en constante hausse : + 4% en 3 ans, les « 1er prix » franchissent, eux, le seuil des 100 euros.
  • Les supermarchés ne sont plus la surface de vente maîtrisant le mieux les prix. Ils se trouvent très concurrencés par les hypermarchés.

télécharger le dossier de presse (.pdf)

Observatoire des prix des médicaments 2011
 
 
Depuis 2010, Familles Rurales a mis en place un observatoire des prix des médicaments. Les veilleurs du Mouvement relèvent ainsi deux fois par an les prix de 13 produits qui peuvent être vendus en libre accès, sans ordonnance (décret juillet 2008). En 2011, ce sont ainsi 45 veilleurs qui ont relevé les prix dans 55 pharmacies. Ils ont également noté la localisation du médicament dans l’officine et la présence ou non du prix sur la boite ou le présentoir.
Les résultats des relevés de l’année 2011 indiquent :
  • Des écarts de prix importants d’une pharmacie à une autre : en général un même médicament est 2 fois plus chers d’une officine à l’autre comme la boite de Nurofen 200 mg (20 comprimés) qui se vend de 1.78 à 4.50 euros. Parfois les écarts sont même supérieurs (3 fois plus cher) comme l’Activir 5% (tube de 2 g) vendu de 2.95 à 9.60 euros.
  • Le libre accès reste encore peu développé : 1/3 des médicaments relevés se trouvaient devant le comptoir.
  • Pourtant le prix est moins élevé quand le médicament est en libre accès mais aussi quand le pharmacien appartient à un groupement de pharmaciens.
Les résultats de l’année 2011 confirment les tendances observées en 2010.

Le Mouvement rappelle son attachement au rôle de conseil des pharmaciens et à leur présence en milieu rural.
 
Observatoire des prix 2011 : une hausse de 4.4% des prix au cours de l’année
 
Dans son édition datée mardi 10 janvier 2012, la Croix publie en exclusivité les résultats du 6e Observatoire des prix de Familles Rurales.
 
Ce bilan sur les prix des produits de consommation courante enregistre une forte hausse du panier moyen des ménages sur 2011, après l’accalmie de 2010.
  • Le prix du panier moyen des consommateurs a fortement augmenté en 2011 avec une inflation de 4,4% au cours de l’année, contre seulement 0,19% en 2010. Novembre 2011 restera le mois durant lequel le panier moyen des consommateurs aura coûté le plus cher depuis le début de cette étude annuelle en 2006.
  • Certains produits ont connu une flambée entre 2010 et 2011, comme les jus de fruits (+19% pour les grandes marques nationales, +28% pour les marques distributeurs et même 32% pour les catégories 1er prix.
  • Globalement en 2011, un panier composé de grandes marques nationales a coûté en moyenne 177,06€ contre 130,38€ pour des marques de distributeurs et 98,18€ pour des premiers prix.
  • Les paniers de grandes marques nationales ont connu une hausse de 2,65% sur l’année passée, le prix des marques de distributeurs a grimpé de 4,14% et celui des 1er prix de 8,12%.
  • Cette étude souligne également les mauvaises performances des magasins hard discount: Un panier de produits 1er prix a été payé 87,04€ dans les hypermarchés, 91,44€ dans les supermarchés mais 101,86€ dans les magasins hard discount.
  • La baguette de pain qui n’a augmenté que de 8,9% entre 2007 et 2011 chez les artisans, a connu une hausse de 23,2% pour la même période en grande surface.
Enquête réalisée par un réseau de 65 « veilleurs consommation » issus de 34 départements dans 72 magasins. Relevés de prix de 35 produits de consommation courante, tous les 2 mois. 3 types de prix relevés: marque nationale, marque de distributeurs et 1er prix dans 4 types de magasins : hypermarchés, supermarchés, commerces de proximité, hard-discounts.
 
Résultats de l’Observatoire des prix des fruits et légumes, été 2011
 
Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2011 portant sur deux relevés effectués durant l’été : juin et juillet. Ces résultats, à retrouver en exclusivité mardi dans le quotidien la Croix, mettent en évidence :
  • Après une hausse des prix des fruits et légumes en 2010, cette année ils diminuent: - 1.8% pour les fruits comparé à 2010; - 5.7% pour les légumes.
  • Une baisse des prix entre les relevés effectués en juin et juillet: - 7.4% pour les fruits, - 10.4% pour les légumes.
  • Comparé aux produits français, les fruits et légumes de l’étranger sont de moins en moins chers.
  • C’est sur les marchés que les produits sont les plus chers, bien qu’ils enregistrent une forte baisse entre les deux relevés juin/juillet.
  • Les produits bio sont nettement plus chers que les conventionnels (88% plus chers pour les fruits bio et 86% pour les légumes bio) (un écart en hausse: 70% en 2010).
Alors que la consommation de fruits et légumes diminue depuis quelques années en France, Familles Rurales encourage le consommateur à manger des fruits et légumes frais, achetés localement.
 
Afin d’enrayer cette baisse de la consommation, il est nécessaire de sensibiliser les familles aux bienfaits des fruits et légumes.
 
Chaque été, les veilleurs consommation de Familles Rurales relèvent les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux reprises: en juin et juillet. Ils distinguent leur origine mais aussi la surface de vente (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés, producteurs). Un relevé de prix est aussi réalisé pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.
Durant l’été 2011, ce sont 60 veilleurs consommation qui ont relevé les prix dans 37 départements.
 

Résultats 2011 de l’Observatoire des prix
 
Créé en 2006, l’Observatoire Familles Rurales mesure l’évolution des prix de 35 produits de consommation courante représentant 13 catégories de produits incontournables à la vie quotidienne des familles. 65 veilleurs consommation issus de 34 départements effectuent des relevés tous les deux mois en distinguant les prix de la marque nationale, de la marque de distributeur et du produit 1er prix. Quatre types de magasins sont visités : hypermarchés, supermarchés, commerces de proximité et hard-discounts.

Familles Rurales publie les premiers résultats de 2011 portant sur trois relevés (janvier-mars-mai). Ces résultats, à retrouver en exclusivité mardi dans le quotidien la Croix, mettent en évidence :
  • Une tendance à la hausse des prix, avec + 2.38% d’augmentation entre janvier et mai 2011 avec un prix « record » pour les marques nationales.
  • En 2011, les hypermarchés sont en moyenne les moins chers.
  • Comme les années précédentes, les hard-discounts ne sont pas les moins chers pour les 1er prix.
  • Les catégories de produits qui augmentent le plus sont les jus de fruits et les boissons chaudes.
Au regard des prévisions d’inflation pour l’année 2011 (2%), Familles Rurales s’inquiète pour les consommateurs. Alors qu’entre janvier et mai 2011, les prix ont déjà subi une hausse de plus de 2%, le Mouvement redoute les hausses à venir (les prix n’ayant pas tous intégré les augmentations dues aux matières premières). Il ne suffit pas d’alerter les consommateurs sur des hausses inexorables, Familles Rurales demande aux Pouvoirs Publics d’être vigilants et d’exercer une pression sur la grande distribution.

Les veilleurs ont aussi vérifié la présence du panier des essentiels. Les résultats indiquent que le bilan est très mitigé. Les veilleurs n’ont pas trouvé ce panier dans environ 2/3 des magasins ! Encore une fois, beaucoup de communication et très peu d’actions pour le porte-monnaie des consommateurs !
 
 
Résultats 2010 de l’Observatoire des prix
 
Familles Rurales observe depuis cinq ans l’évolution des prix des produits de la vie courante des familles. Des relevés de prix sont effectués dans différents types de magasins sur des panels de produits « marque nationale », « marque de distributeur » et « 1er prix ».
 
En 2010, 65 veilleurs consommation issus de 33 départements ont effectué 432 relevés. Les principaux résultats de l’Observatoire des prix sont les suivants :
 
Pour l’année 2010
  • Au cours de l’année 2010, le panel moyen a augmenté de 0.19%.
  • Mieux vaut faire ses achats dans un supermarché, les prix y sont moins élevés qu’ailleurs.
  • Le panier de produits « 1er prix » est 8 euros plus cher dans les hard-discounts que dans les hyper/supermarchés !

Evolution des prix par rapport à 2009

  • Les prix ont en général plutôt baissé par rapport à 2009 excepté ceux des marques nationales qui ont augmenté de près de 2%.

Evolution des prix depuis 5 ans

  • En 5 ans, les prix ont augmenté de 2.7%. L’année 2007 avait été marquée par des prix bas. En revanche, depuis trois ans, les prix progressent régulièrement.
  • Ce sont les « 1er prix » qui ont connu la plus forte hausse (+8.1%), alors que les « marques de distributeurs ont baissé de 2.2%. Quant aux prix des marques nationales, ils continuent à augmenter.
  • Les supermarchés sont la surface de vente où les prix baissent le plus (pour les « marques de distributeurs » et « 1er prix ») ou augmentent le moins (pour les « marques nationales »)

Focus sur la baguette et le lait

  • La baguette de pain a augmenté depuis 2007 dans les grandes surfaces prenant 10 centimes d’euros.
  • Malgré la baisse du prix d’achat aux producteurs, les prix du lait et des produits laitiers n’ont pas diminué.

Télécharger le dossier de presse

Résultats de l’observatoire des prix des médicaments 2010 : des écarts de 1 à 3 !

Familles Rurales a mis en place un observatoire des prix des médicaments en janvier 2010. Les veilleurs du Mouvement relèvent ainsi deux fois par an (janvier et juin) les prix de 13 produits qui peuvent être vendus en libre accès, sans ordonnance (décret juillet 2008). 72 pharmacies ont été visitées dans 34 départements. Le prix du médicament, sa localisation dans l’officine et la présence ou non du prix sur la boite ou le présentoir ont été relevés.
 
Les résultats des relevés de juin 2010 indiquent de forts écarts de prix entre les pharmacies :
  • un même médicament peut être vendu jusqu’à trois fois plus cher ! Ainsi, une boite de 20 comprimés de Nurofen 200 mg a été relevée à 1.78 euros et à 4.6 euros ; une boite de 12 gélules Imodiumcaps à 1.99 euros et à 5.9 euros. Les consommateurs éprouvent donc des difficultés à s’y retrouver.
  • les médicaments restent encore majoritairement derrière le comptoir
Dans un contexte de structuration du secteur des pharmacies, Familles Rurales s’interroge sur les modes de distribution. Au regard de la différence de prix, le consommateur doit-il comparer les prix d’une pharmacie à une autre ?
 
Familles Rurales demande que :
  • le consommateur soit systématiquement informé du prix avant l’achat
  • le pharmacien propose des produits similaires à celui demandé par le client, notamment des génériques
  • un ticket de caisse soit proposé à chaque achat
Le Mouvement estime que les pharmaciens ont un rôle primordial à jouer en termes de conseils et que leur présence en milieu rural est indispensable.
 
 
Résultats de l’observatoire des prix des médicaments 2010

Familles Rurales a mis en place un observatoire des prix des médicaments en janvier 2010. Les veilleurs du Mouvement ont relevé les prix de 13 produits que les pharmaciens peuvent vendre en libre accès. En janvier, ils se sont rendus dans 76 pharmacies de 36 départements et ont noté : le prix du médicament, sa localisation dans l’officine et la présence ou non du prix sur la boite ou le présentoir.
Les résultats de ce premier relevé révèlent :
  • Des écarts de prix importants : un même médicament peut voir avoir un prix trois fois plus élevé d’une pharmacie à une autre
  • Des produits qui restent encore majoritairement derrière le comptoir
  • Lorsque le consommateur a accès librement aux produits, il a connaissance du prix dans 95% des cas.
Lorsque le médicament est derrière le comptoir, son prix est visible par le consommateur dans 56.7% des cas.
Familles Rurales rappelle son attachement :
  • A la visibilité du prix pour le consommateur
  • Aux conseils du pharmacien.
Pour le Mouvement, le pharmacien a en effet un rôle primordial de conseils pour éviter les contre-indications et interactions entre médicaments.

Familles Rurales souhaite que, lorsque les médicaments ne sont pas en accès libre, le pharmacien propose plusieurs produits afin que le consommateur puisse choisir celui qui correspond à son besoin et à son budget. Le Mouvement est également favorable à ce qu’un ticket de caisse soit délivré pour l’achat des médicaments.

 
Résultats de l’Observatoire des prix 2009
 
Familles Rurales a rendu public lors d’une conférence de presse les résultats de son Observatoire des prix pour l’année 2009. Quelques résultats significatifs sont ressortis de cette étude:
  • Les prix ont augmenté de 1.1% en 2009 par rapport à l’année 2008
  • Quelques catégories de produits augmentent fortement (les surgelés, les boissons chaudes, les lessives et produits d’entretien grandes marques) alors que d’autres ont connu une diminution par rapport à 2008 : jus de fruits, produits laitiers et œufs, petits-déjeuners.
  • Comme les résultats le montraient déjà l’année dernière, les produits « premier prix » sont plus chers dans les hard-discounts que dans les hypermarchés et supermarchés.
  • Depuis 2006, les prix ont augmenté de 3.2% avec des disparités selon le type de produits : + 9.3% pour les « premier prix » ; + 2% pour les grandes marques et + 0.8% pour les marques de distributeurs.
  • La baguette de pain a augmenté en deux ans de 5% dans les boulangeries (+ 4 centimes) et de 28% (+ 12 centimes) dans les grandes surfaces.
 
Résultats de l’Observatoire des prix des fruits et légumes, été 2009
 
Depuis trois ans, durant l’été, Familles Rurales relève les prix de 7 fruits et 7 légumes en distinguant leur origine mais aussi les surfaces de vente. Deux relevés de prix (semaine du 15 juin et semaine du 13 juillet) ont ainsi été effectués par 67 veilleurs consommation dans 31 départements.
Cet Observatoire des prix des fruits et légumes a mis en évidence pour l’été 2009 :
  • Une baisse significative des prix entre les deux relevés effectués cet été: - 22% pour la tomate, -15% pour la courgette, -11% pour la pêche, -7% pour l’abricot…
  • Les fruits et légumes sont plus chers dans les hyper/supermarchés: 23% plus cher que dans les hard-discounts et 8% plus cher que sur les marchés.

 

En comparant les résultats obtenus les étés précédents, il apparaît :

  • Une baisse d’environ 20% du prix moyen des fruits et légumes par rapport à l’été 2008. Parmi les plus fortes baisses: le prix du melon a diminué de 33%, l’abricot de 41%, la courgette de 23%. Ces produits ont même des prix inférieurs à ceux de l’été 2007.
  • Si une personne suit la préconisation de l’OMS (manger 400 grammes de fruits et légumes par jour), cela lui revient à 0.95 euro par jour contre 1.17 euro l’année dernière.
Familles Rurales se réjouit de cette baisse du prix des fruits et légumes, dans une période où les conditions économiques sont difficiles. Les bonnes conditions climatiques ont permis d’obtenir une production abondante. Mais à qui profite cette abondance ?
 
 
 
Remise des Trophées J.PASS 2008
 
Les Trophées J.PASS sont nés d’un partenariat entre Familles Rurales et le Crédit Mutuel pour accompagner les jeunes, de 12 à 25 ans, dans le développement de leurs idées. Ils valorisent leurs capacités d’initiative et d’engagement. Pour la quatrième édition, 41 projets ont été déposés impliquant près de 200 jeunes de 21 départements autour de thèmes comme la solidarité, la culture, l’intergénération...
Vendredi 23 janvier, les dix groupes de jeunes primés reçoivent leurs récompenses, d’un montant de 1 000 à 2 500 euros.
 
1er prix
 
L’écofestival « Les’Arts Verts » qui s’est déroulé en octobre 2008 à Aix en Provence autour du thème de l’eau. Cinq étudiantes des Bouches-du-Rhône ont mis en place une programmation artistique diversifiée (spectacles vivants, expositions, projection de films) afin de sensibiliser les étudiants ainsi que le grand public à la protection de l’environnement et plus particulièrement à celle de l’eau.
 
2ème prix
 
La protection de l’environnement est également au coeur du second projet primé. Des jeunes du Gard ont ainsi organisé une semaine consacrée au développement durable dans leur lycée.
 
3ème prix
 
Le troisième groupe récompensé, originaire de l’Indre, a travaillé autour du thème de la différence. Les six adolescentes de ce groupe ont réalisé un livre pédagogique afin d’expliquer dans les accueils de loisirs et les écoles de leur département les différences de modes de vie entre la France et le Mali.
 
Jusqu’à présent réservés aux groupes de jeunes adhérents à Familles Rurales, les Trophées J.PASS s’ouvrent désormais à l’ensemble des groupes de jeunes (adhérents ou non). Les dossiers de candidature ainsi que le règlement seront disponibles à partir de fin janvier sur www.famillesrurales.org.
 
 
 
Observatoire des prix 2008 : pas de répit pour les premiers prix
 
L’édition 2008 de l’Observatoire des prix a mis en évidence plusieurs faits marquants :
  • Une augmentation limitée des prix en 2008 (+0.46%) avec des différences selon les produits: les grandes marques baissent alors que les marques de distributeurs et les 1er prix augmentent,
  • Depuis trois ans, l’Observatoire des prix a montré une hausse continue des produits premier prix (+ 12%)ainsi que ceux des marques de distributeurs (+7%) alors même que ces produits prennent une part de plus en plus importante dans la consommation des familles. Les plus modestes d’entre elles sont directement touchées quand elles font le choix d’acheter dans les hard-discounts, les produits premier prix y étant plus chers que dans les hypers et supermarchés (8% plus cher),
  • La baisse des prix des matières premières n’est pas répercutée sur les prix à la vente: le prix de la baguette poursuit son augmentation de même que celui des pâtes,
  • Des écarts au sein d’enseignes identiques expliqués par une concurrence hétérogène selon les départements.

Familles Rurales s’inquiète de la hausse continue des produits achetés par les familles les plus modestes (produits MDD et 1er prix) depuis 2006. Le Mouvement s’interroge sur l’efficacité de la réforme de la négociabilité des tarifs dans la mesure où elle ne concerne que les produits de grandes marques.

 
Observatoire des prix fruits et légumes 2008 : forte augmentation par rapport à 2007
 
Pour la seconde année, Familles Rurales a mis en place, durant l’été, un Observatoire sur le prix de 8 fruits et 8 légumes. Si leur prix moyen est en diminution entre juin 2008 et juillet 2008, il subit une hausse importante par rapport à l’été 2007. Le prix moyen des fruits augmente ainsi en un an de plus de 15% et celui des légumes de plus de 10%. Une hausse qui se ressent sur le budget des ménages. Pour manger 400 grammes de fruits et légumes par jour, comme le préconise l’Organisation Mondiale de la Santé, une personne devra dépenser 1.17 euros par jour contre 1.03 en 2007.
Face à ces constats, Familles Rurales demande plus de transparence sur la composition des prix et des mesures pour que les fruits et légumes soient accessibles au plus grand nombre.
 
 
Présentation des résultats de l'observatoire des prix 2007
 
L'observatoire des prix s'appuie sur le réseau « veilleurs consommation », constitué de 48 veilleurs, qui relévent les prix toute l'année dans 22 départements différents, sur un panel de produits identique d'une année sur l'autre. Les données relevées sont ensuite analysées puis comparées avec les résultats de l'année précédente. Découvrez les résultats de l'observatoire des prix 2007.
Recherche par n° de département Recherche par type d’activité

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 37
Numéro 38

Mai - juin
2014
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département