Accueil > Observatoire des prix des médicaments 2016

Observatoire des prix des médicaments 2016

Observatoire des prix des médicaments 2016Familles Rurales publie les résultats de son observatoire des prix des médicaments relevés dans 80 pharmacies. En complément, le Mouvement a réalisé une enquête auprès de 700 familles sur les missions des pharmaciens.

 

Il résulte de ces deux enquêtes les résultats suivants :

  • D’une pharmacie à l’autre, le prix d’un médicament passe du simple au triple ;
  • Les pharmacies en ligne proposent des prix faussement attractifs, car les frais de livraison annulent l’effet d’affichage ;
  • Entre officines et grandes et moyennes surfaces, la comparaison des prix relève du jeu de piste ;
  • L’information des consommateurs sur les prix des médicaments se dégrade fortement. 80 % des boites vendues en officine ne sont plus étiquetées ;
  • Les missions de conseil et de prévention doivent être améliorées, en ligne comme en officine
  • Les « nouvelles » missions des pharmaciens instaurées par la loi 2009 ne sont pas identifiées par les consommateurs.

Au regard de ces résultats, Familles Rurales :

  • Conseille aux consommateur de demander le prix des produits avant de passer en caisse et de les comparer entre officines
  • Invite les pharmaciens à mieux s’autoréguler
  • Renouvelle sa demande auprès de la ministre de la Santé d’agir afin de cesser les mauvaises pratiques liées à la vente de médicaments en ligne

Retrouvez tous les résultats dans le dossier de presse en téléchargement.

RÉAGISSEZ
Reload Image Code * :
VOS RÉACTIONS
CODINA ALAIN
16 décembre 2016 à 18 h 57 min
Toujours la même rengaine !! Des associations de consommateurs qui voudraient le même prix partout face aux autorités de la concurrence qui abhorrent l'uniformité. Et des associations qui feignent de ne pas savoir qu'un produit acheté chez le grossiste peut coûter trois fois plus au pharmacien qu'un achat direct (évidemment impossible pour les petites structures) et qui voudraient que ledit pharmacien vende à perte pour s'aligner ! Ces observatoires sont avant tout un non-sens de bon sens !!!!!
Répondre
CODINA ALAIN
16 décembre 2016 à 18 h 57 min
C'est bien de sortir des chiffres qui ne veulent rien dire en comparant une pharmacie vendant à prix coûtant avec une petite pharmacie achetant ses médicaments conseil à l'unité chez le grossiste. De plus, il n'est jamais fait mention d'un prix moyen. Résultat : les pharmaciens passent pour des commerçants montrés du doigt car ils auraient tendance à "surfacturer" les produits vendus. Facile ..
Répondre
Féeclochette
16 décembre 2016 à 09 h 40 min
Ne nous étonnons donc pas si ces prix sont tous différents. Là où vous avez raison unanimement par contre c'est dans notre choix de choisir notre pharmacie vis-à-vis de ses proximité, disponibilité, accueil puis écoute.La montée en puissance des parapharmacies rentre dans le cadre de la libre concurrence en matière de consommation, quand bien même il s'agisse de médicaments : preuve en est qu'il s'agit bien là d'un produit à "consommer" quoi qu'en disent les détracteurs... Je reprocherais davantage aux pharmacies de vouloir se diversifier (ce fut le cas en parapharmacie notamment donc...)et de vous être donc auto-détruits...!! Et vous continuez à le faire en tentant de vous immiscer dans des domaines plus ciblés que la prise en charge de piluliers ou d'injections de vaccins...: ce domaine n'est pas le votre; restez à votre place, je vous en prie!!
Répondre
Féeclochette
16 décembre 2016 à 09 h 29 min
Bonjour, Avant de vous insurger sur le prix des médicaments pratiqués ci-et-là, il serait judicieux d'analyser plutôt la manière avec laquelle les produits sont élaborés et conditionnés. Ici encore, on analyse les conséquences (la commercialisation) et non les causes (leur fabrication). Véritable lobbying, ce secteur d'activité use de véritables stratégies d'influence un peu partout et plus particulièrement dans les sphères politiques. Il ne faut pas s'étonner dans ce cas qu'en bout de chaîne, nous trouvions des écarts de prix considérables. N'oubliez pas qu'une pharmacie est un commerce, basé sur un chiffre d'affaire et donc un bénéfice à réaliser chaque année pour survivre. Pour rebondir à celle ou celui qui met en parallèle le petit boulanger du village, je lui répondrais dès lors que ses prix pratiqués (et notamment celui de sa baguette de pain...) sont bien au-delà de ceux que pratiquent les grands centres commerciaux... : c'est une notion de quantité produite et/ou achetée...
Répondre
margot geneviéve
15 décembre 2016 à 07 h 03 min
je commande sur le net et c'est vrai, 2 à 4 euros moins cher à para pharma
Répondre
moskokaia
14 décembre 2016 à 10 h 37 min
Suite Votre médecin vous reçoit de suite et gratuitement et puis il y a la parapharmacie Leclerc ou vous pouvez demander conseil à la boulangère ou la poissonnière. "Les nouvelles missions du pharmacien" Elles sont très intéressantes car rémunérées 30€ pour 1 heure d'entretien avec un patient, payé l'année suivante après 1/2h de papiers. Je sais pas si les chefs d'entreprise accepteraient que leurs salariés aient une telle productivité... Quant à vos conseils, on a envie de rire. Bien sûr que les patients doivent demander les prix, les pharmaciens ne leur forcent pas la main. S'autoréguler, mais bien sûr. Le pharmacien doit vendre à perte, faire faillite, et fermer la petite pharmacie de village. Et après, on pleure la pharmacie de village disparue. La vente en ligne est un scandale pour le médicament mais il faut lâcher du leste pour Bruxelles... Je pense que vous continuerez ces études à la con et vos préconisations débiles car là vous tenez un bon "marronnier"...
Répondre
boita glutte
13 décembre 2016 à 20 h 37 min
Bonjour; il est exact que d'une officine à une autre les prix vont du simple au triple; une pharmacie de ma région située dans un centre commercial connu pratiquait des prix bas; ils ont eu un procès intenté par un groupement de pharmaciens des environs , avec menace de fermeture; ils ont eu pendant un certain temps l'interdiction de vendre certains produits et ont obtenu un nouveau feu vert pour vendre à condition qu'ils alignent leurs prix sur leurs confrères!!!! à observer aussi l'explosion des tarifs lors du reconditionnement de certains médicaments humains pour usage vétérinaire; j'ai fait plusieurs pharmacies pour reconditionner un médicament pour mon chat ; les tarifs se sont étalés de 100 euros à 400 euros pour une même boite; oui car certains vous proposent de le faire en plusieurs fois et vous compte 30 euros pour chaque conditionnement, alors qu'à l'origine il y a parfois un 1 seul médicament acheté qui coûte 4 ou 5 euros! ça c'est du bon bénéfice pour eux!!!!!
Répondre
fabienne leclercq
13 décembre 2016 à 20 h 08 min
Déjà un médicament n'est pas un bonbon ce n'est pas un produit de consommations courante. ce que vous ignorez c'est qu'aucune pharmacie n’achète les produits au même prix donc fatalement nous ( je dis nous car je suis préparatrice en pharmacie ) ne pouvons pas avoir les mêmes prix, c'est juste une question de logique. je termine en vous conseillant de choisir votre pharmacie sur les critères suivants :accueil, écoute et conseil.
Répondre
Frédéric Bourdin
13 décembre 2016 à 14 h 20 min
Bonjour, je suis pharmacien d'officine. J'ai regardé ce jour le reportage consacré au prix du médicament hors ordonnance diffusé pendant le journal télévisé de France 2. Je m'interroge quant à la véracité des propos relayés dans le reportage : en comparant le prix de Nicopass bte de 90 à 21.90 prix vente constaté dans une 1ere pharmacie, comparé au prix de Nicopass bte de 36 à 6.90 dans une autre pharmacie... Heureusement que le tarif de vente de la boite de 36 est d'environ 3 fois inférieur à celui de la boite de 36. En ce qui concerne le Nurofen, sachant qu'il existe différents dosages (200 et 400) et différents conditionnement, on peut douter aussi de la fiabilité de l'étude. Je ne remets pas en doute votre analyse, mais il faudrait peut-être faire attention à la manière dont les médias la retranscrive dans leurs reportages...
Répondre
Fédération nationale Familles Rurales  
15 décembre 2016 à 17 h 39 min
Effectivement, Familles Rurales attache beaucoup d'importance à comparer des produits rigoureusement identiques. Dans notre observatoire, les produits comparés sont de contenance et/ou de dosages similaires ( Dossier de presse en téléchargement). Cependant, cette confusion visible dans le reportage montre une fois de plus la complexité pour un consommateur à identifier les différents produits. La segmentation des médicaments vendus sans ordonnance rend très difficile la comparaison des prix pratiqués. De plus, le nombre de gammes proposées crée un flou supplémentaire pour le consommateur non averti.
Répondre
girgenti
13 décembre 2016 à 13 h 23 min
Bonjour; votre conseil me semble fallacieux, comment voulez vous comparer le prix des médicaments; il n'y a pas une officine à chaque coin de rue. militer plutôt par une information en amont; la publication des prix sur internet par exemple merci cordialement nota; pouvez vous me donner l'adresse de la pharmacie de Massy; merci
Répondre
Lambda31  
14 décembre 2016 à 12 h 34 min
Arrêtez de mettre en doute le fait que les médicaments non remboursés ont un prix variant du simple au triple d'une officine à l'autre ! C'est bien VRAI ! Dans ma ville de Toulouse nous sommes des dizaines à se déplacer vers une officine pratiquant des prix abordables et à faire la queue jusque dans la rue car on en a marre de vos prix fantaisistes et de vos marges insurpportables sur le dos des pauvres gens..
Répondre
Gautier Bernard  
15 décembre 2016 à 10 h 19 min
Vous n'avez donc rien lu ou pas envie de comprendre que toutes les pharmacies ne pouvaient acheter tous les produits au même prix! Vous parlez de marge scandaleuse sans rien savoir de l'économie de l'officine. Ne prenez pas comme référence une officine qui fait des prix très bas pour attirer le client (et plus patient) afin de remplir un peu plus son panier.
Répondre
Parmis vos rÉactions
CODINA ALAIN
16 décembre 2016 à 18 h 57 min
Toujours la même rengaine !! Des associations de consommateurs qui voudraient le même prix partout face aux autorités de la concurrence qui abhorrent l'uniformité. Et des associations qui feignent de ne pas savoir qu'un produit acheté chez le grossiste peut coûter trois fois plus au pharmacien qu'un achat direct (évidemment impossible pour les petites structures) et qui voudraient que ledit pharmacien vende à perte pour s'aligner ! Ces observatoires sont avant tout un non-sens de bon sens !!!!!
En savoir +
Recherche par n° de département Recherche par type d’activité
Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 50
Numéro 50

mai - juin
2016
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département