"On nous fait confiance, c'est gratifiant !"

Chaque printemps, au Poiré-sur-Vie, les jeunes de l’association Familles Rurales Solidavie présentent les « séances de variété ». Direction le centre de vacances de Bretignolles où une trentaine d’adolescents, de 14 à 18 ans, préparent ce spectacle devenu une institution de la commune.

 

10h – Les séances de travail ont déjà commencé. Charlotte et Guillaume, une oreillette chacun, écoutent des sketchs pour les répéter. Romain et Anthony cherchent l’inspiration pour écrire un texte avec des jeux de mots : « qu’est-ce que tu penses de ‘c’est l’histoire d’un plombier qui a de bons tuyaux’ ? ». Plus loin, le pôle « communication » choisit les visuels pour les journalistes locaux. Tout d’un coup, des rires attirent notre attention. Derrière le porte, quatre amis se déhanchent sur Maître Gim’s, star du hip-hop français. Cette année, Thibo et Augustin ont rejoint la troupe pour éviter que ça fasse trop « troupe de filles ».

 

La clé de cette motivation ? Une implication des jeunes de A à Z.

Il faut aussi caler la musique. Justement la « technique » attend les instructions, Guillaume aux commandes. A 18 ans, il est un peu le « sage » de la bande. « Je forme les jeunes pour l’utilisation du matériel ». Les jeunes ? Oui à 18 ans, il semble qu’on soit déjà vieux. Des participants nous confient d’ailleurs que l’année dernière, un « clash » a bien failli mettre à mal le projet. La faute aux plus de 20 ans qui se seraient sentis évincés par des 14 ans. Oui, les conflits de génération existent aussi chez les jeunes. « Il y a moins de clan ici qu’à l’extérieur et le projet des séances de variété nous tient à cœur » explique Romain. La clé de cette motivation ? Une implication des jeunes de A à Z. « C’est nous qui avons fait la réunion de présentation du projet aux nouveaux » commente Maeva. « C’est plus motivant et plus simple quand ce sont d’autres adolescents qui nous parlent » confirme Kevin. Les jeunes décident du contenu de la soirée, du choix des accessoires, comme de la répartition du budget. « Comme on achète le nécessaire avec eux, ça nous apprend le coût des choses » reconnait Guillaume.

 

La bienveillance et la juste place des animateurs leur donnent confiance

12 heures - Aujourd’hui c’est steaks-haricot beurre. Charlotte, Louise et Pauline sont aux fourneaux et chantent pour passer le temps. Ici, on apprend à travailler mais aussi à vivre ensemble. « On met la table mais ça ne nous embête pas, il faut participer c’est normal » raconte un des jeunes participants.

 

14 heures - Dans deux heures, les images du clip de promotion des séances de variété doivent être « dans la boîte ». Louise est à la réalisation et a comme un doute quand elle s’efforce vainement d’appeler le groupe à se concentrer. Ils doivent jouer une scène dans le jardin du centre. Emilie Robion, l’animatrice, lui chuchote avec bienveillance : « Il faut que ce soit plus rythmé si tu veux les intéresser ». Sur ces bons conseils, Louise lance : « vous prenez les balais-brosses pour faire les fourches et enlevez vos chaussures pour faire paysan! ». Les accessoires sont « faits maison » et la spontanéité de chacun fait le reste.

 

 

Ici, les animateurs sont vigilants à une dynamique de groupe qui intègre, pas qui exclut.

15 heures – Le montage de la vidéo est en cours, les enchaînements de musique sont montés, les pas de danse sont intégrés, 20 sketchs écrits et validés par les animateurs. En cinq heures, nous avons entendu parler de hip-hop, de burgers et de wishbarre ; nous avons compris que la dynamique de groupe pouvait intégrer et pas toujours exclure. Il est vrai qu’ici chacun trouve sa place, du stagiaire qui revient chaque année comme celui qui vient en mode « découverte ». Nous avons réalisé que l’engagement bénévole était un formidable élan vers l’autonomie. Bien sûr la plupart ont été biberonnés à « l’associatif », mais ce type de stage ouvre aussi des perspectives à ceux qui voulaient à l’origine passer des vacances au bord de la mer.

 

 

A SAVOIR

Les séances de variété sont légion dans le département de la Vendée. Ils sont des spectacles mêlant chant, danse, sketchs organisées par des bénévoles d’associations. De fait, les séances de variété sont souvent intergénérationnelles.

Recherche par n° de département Recherche par type d’activité
Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 50
Numéro 50

mai - juin
2016
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département